Publié dans Economie

Hausse de l’immobilier - Impact grandissant sur les familles à revenus moyens

Publié le dimanche, 18 septembre 2022

Matin, midi, soir, les valses des charrettes à bras transportant du mobilier à déménager se font de plus en plus fréquentes à chaque coin des quartiers de la Capitale. Un phénomène qui est presque devenu une habitude pour la plupart des Tananariviens avec les coûts des loyers immobiliers qui ne cessent d’augmenter de jour en jour. La hausse des loyers pèse lourdement sur le budget des ménages, en particulier les plus jeunes d’entre eux. Elle réduit leur pouvoir d’achat alors que les salaires n’augmentent guère. Ce phénomène est connu. L’argent des loyers n’est pas perdu pour tout le monde : c’est un revenu pour les propriétaires bailleurs.

C’est d’ailleurs désormais devenu une tradition pour la plupart des propriétaires de maison à Antananarivo de profiter de l’inflation ou d’une nouvelle année pour augmenter le loyer. Les frais d’entretien de la maison ou de l’appartement, ainsi que les impôts à payer sont les premiers motifs avancés pour justifier cette hausse qui est de l’ordre de 10 à 15%, selon le propriétaire. Cette évolution résulte en partie de l’amélioration du confort des habitations. Il est normal de louer plus cher un bien de meilleure qualité. Les logements neufs répondent à des normes plus strictes et une partie des anciens sont rénovés. Mais cela n’explique pas tout. « L’amélioration de la qualité des logements telle qu’on peut la mesurer ne semble donc pas jouer un grand rôle dans la hausse des loyers des ménages à bas revenus », explique un propriétaire qui, pour préserver le pouvoir d’achat de ses locataires, a dû piocher dans ces économies pour les travaux de rénovation en laissant le prix du loyer intact. La hausse des loyers touche les familles à revenus moyens vivant dans les grandes villes et se trouvent noyées dans l’évolution globale des prix. Elle a pour conséquence une forte baisse du niveau de vie réel des locataires une fois le coût du logement déduit et/ ou la nécessité de vivre dans des espaces contraints des petites surfaces ou en colocation tardive.

Maison de « fortune »

En effet, le logement constitue aujourd’hui le principal poste de consommation des ménages qui consacrent plus du quart de leurs ressources aux dépenses liées à l’habitation. Mais d’un autre côté, la problématique des logements est liée à la migration, l’insécurité foncière, la pauvreté, l’insuffisance d’infrastructures d’accueil et d’assainissement dans la Capitale et sa périphérie.

« La Grande île connaît une croissance démographique importante, si nous devions prendre en compte la croissance économique annoncée par la Banque mondiale pour Madagascar, soit 5,8% pour l’année dernière avec une tendance haussière, il devient urgent de programmer la construction d’une nouvelle ville, les matériaux et le savoir-faire sont opérationnels », expliquaient les autorités à l’occasion du dernier Salon de l’habitat l’année dernière. D’ailleurs, le secteur de l’immobilier est en pleine effervescence dans la Capitale de Madagascar. Même les investisseurs étrangers s’y mettent, avec l’évolution du marché qui favorise un taux de rendement élevé pour les investissements. D’un autre côté, dans les bas quartiers, la donne est tout autre. « Nous ne pouvons faire mieux, c’est notre vie quotidienne de côtoyer les inondations, la pauvreté, l’insalubrité, l’insécurité », déplore une mère de famille habitant du côté du pont de Bekiraro- Isotry. Cette mère de famille de cinq enfants est obligée de louer parmi des maisons de fortune dans le quartier, insalubres, sans eau ni électricité, ni système d’évacuation convenable.

Hary Rakoto

Fil infos

  • Les actus en bref
  • Couple Rajoelina - Echange convivial avec le couple Biden
  • Pénurie d’eau - Le pire est à craindre
  • Affaire 73,5 kilos d’or - Le procès remis aux calendes grecques 
  • Rapport de la mission de suivi électoral  - L’UE insiste sur la mise en œuvre des recommandations 
  • JIRAMA - Andekaleka se dote d’un quatrième générateur
  • Commerce - L’Algérie lorgne sur la vanille malagasy
  • Rajoelina à la tribune des Nations Unies - Interpellation sur le prix du baril de pétrole
  • Disparition du plus petit primate au monde - La honte pour Madagascar !
  • Discours à la tribune des Nations unies - Rajoelina dans le même panel que Biden et Kagamé

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Fia…ble !
    On ne peut pas passer inaperçu l’évènement majeur de la semaine dernière, la FIA. En fait de jeudi à dimanche, la Foire internationale de l’agriculture (FIA) s’est tenue au Parc des expositions à Tanjombato. Quand on parle d’Agriculture, ce grand ensemble qui englobe toutes les activités du monde rural dans tous ses états. Sont inclus à l’intérieur de ces activités dites agricoles la culture, la pêche et l’élevage qui se souscrit au sein de l’économie « verte » et « bleue ». Avec l’évolution des activités exigées par la demande sans cesse croissante des besoins de l’homme, l’agribusiness apparait et commence à occuper du terrain. De toute façon, l’agriculture représente un domaine de priorité surtout pour un pays comme Madagasikara. L’initiative entrant dans le cadre pour l’épanouir est toujours très appréciée et fiable. Les actions de l’Agence Première Ligne font partie des stratégies à encourager. En principe, l’agriculture est un…

A bout portant

AutoDiff