Publié dans Economie

Industrialisation - Accélération du pacte public-privé

Publié le mardi, 06 février 2024

 Soutien ministériel et collaboration renforcée. Lors d'une réunion entre le Conseil national pour l'industrialisation de Madagascar (CNIM), présidé par Christian Rasoamanana, et le ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, Ratohiarijaona Rakotoarisolo Suzelin, l'accent a été mis sur l'urgence d'accélérer la mise en œuvre du pacte public-privé de programmation industrielle. Cette initiative, désormais un des piliers majeurs du second mandat du Président Andry Rajoelina, vise à renforcer la collaboration entre le secteur public et privé pour stimuler l'industrialisation du pays. Lors de cette rencontre, le ministre a souligné le rôle central du secteur privé dans le processus d'industrialisation, insistant sur le fait que "l'Etat devrait jouer le rôle de facilitateur."

Il a exprimé son plein soutien à la mise en œuvre du pacte, saluant la clarté de la feuille de route jusqu'en 2040, ainsi que le plan d'actions détaillé assorti d'un calendrier. Il a témoigné de son appui sans réserve à la concrétisation du pacte, mettant particulièrement en lumière le volet agribusiness, en collaboration avec le ministère de l'Industrialisation et du Commerce. Cette déclaration témoigne de l'engagement solide du Gouvernement malgache à dynamiser le secteur industriel, reconnaissant le rôle  de l'agribusiness dans cette démarche. Elle souligne l'importance de la collaboration étroite entre les secteurs public et privé pour atteindre les objectifs ambitieux de l'industrialisation à Madagascar. Le ministère de l'Agriculture et de l'Elevage s'engage pleinement à faciliter ce partenariat essentiel, démontrant ainsi la volonté du Gouvernement de créer un environnement propice à la croissance économique et au développement industriel du pays.

Vision claire

Pour rappel, le pacte sur l'industrialisation signé en 2023 vise à augmenter la contribution du secteur industriel malgache au PIB de 15% à 30%.  Selon une source officieuse, ce pacte, axé sur une vision claire jusqu'en 2040, cible des secteurs industriels prioritaires, avec un accent particulier sur l'agribusiness, les mines, l'énergie, les textiles, les zones franches, et les huiles essentielles. Il représente une feuille de route détaillée, mettant en lumière les activités majeures à déployer dans ces domaines clés pour atteindre les objectifs fixés. La responsabilité de superviser attentivement la mise en œuvre de ce pacte revient au Conseil national pour l'industrialisation de Madagascar (CNIM). En tant qu'entité indépendante, le CNIM joue un rôle  dans la surveillance et le suivi  de chaque étape, garantissant ainsi la transparence et l'efficacité du processus. Cette démarche souligne l'engagement sans équivoque du Gouvernement malgache envers le développement industriel, mettant en avant la nécessité de stimuler des secteurs clés pour la prospérité économique. Le pacte offre une vision stratégique, consolidant la collaboration entre le secteur public et privé pour dynamiser la croissance économique de Madagascar et créer un avenir industriel florissant.

 

Carinah Mamilalaina

Fil infos

  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale
  • Programme de formation GRASP - Treize Malagasy parmi les 50 africaines sélectionnées
  • Viols sur mineurs - Des chiffres effrayants officialisés
  • JIRAMA - Ambatondrazaka exige du sérieux
  • Actu-brèves
  • Affaire Romy Andrianarisoa - Fanirisoa Ernaivo et consorts dépités

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Coupable
    Romy Voos Andrianarisoa est reconnue coupable. Le jury du tribunal de South-wark Crown Court de Londres a retenu la charge contre elle et son associé Philippe Tabuteau. Le verdict aura lieu le 18 mars prochain. Selon la loi britannique, elle encourra une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans.Romy Voos Andrianarisoa et Philippe Tabuteau ont été interpelés à Londres pour une affaire de corruption. Pratiquement d’une tentative d’extorsion d’argent d’un montant de 310.000 dollars auprès de Gemfields, une société britannique spécialisée dans l’extraction de rubis et d’émeraude. En plus, ils cherchaient à obtenir une participation de 5% dans la filiale exploitant des mines à Madagasikara. Le tout, assorti de licences minières. La sulfureuse affaire éclaboussant l’ancienne directrice auprès de la Présidence, au point de la faire chuter, ayant fait couler beaucoup d’encre et déclencher vainement des spéculations hâtives et hasardeuses, conduit les observateurs à se poser des questions. Des questionnements…

A bout portant

AutoDiff