Publié dans Economie

Frais de transport - Les receveurs font la loi

Publié le lundi, 04 février 2019

Profiteurs ! Tel est le qualificatif fréquemment utilisé par les usagers des transports en commun. Entre l’augmentation des frais de transport et la mauvaise qualité des services, les plaintes fusent, et plus particulièrement sur les réseaux sociaux. Et en ce moment, les plaintes se focalisent surtout sur le profit tiré par les transporteurs. « Avec la montée des prix à la pompe, les "taxi-be" ont augmenté le tarif à 500 ariary. Cette situation, nous le comprenons très bien. Mais le problème se pose quand le receveur nous demande de payer ce même tarif alors que nous n’avons voyagé que sur deux arrêts. Il s’avère que d’autres receveurs de bus ne font payer que 400 ariary et même 300 ariary pour deux arrêts », défend Ravo, un usager du transport en commun. Effectivement, dans certaines situations, les transporteurs exploitent leurs clients. Quand les gens ne précisent pas où ils doivent descendre, les receveurs prennent de suite 500 ariary, peu importe la distance parcourue. Le même cas a aussi été observé quand les usagers donnent un billet de 500 ariary. Les receveurs ne rendent presque jamais la monnaie. Toutefois, certains d’entre eux font quand même des rabais. « Pour cela, il faut leur demander bien avant de monter dans la voiture pour imposer le tarif que nous souhaitons payer. A force d’utiliser le transport en commun, nous finissons par mieux comprendre ses rouages », précise Ndrasana, qui doit toujours prendre le bus en partant d’Ankadikely Ilafy pour aller travailler en centre-ville. Ici donc, ce sont les receveurs de bus qui dictent leur loi.

 

 

Un tarif prédéfini

 

Pour précision, ce sont surtout les transports en commun desservant les zones urbaines qui agissent comme cela. Il ne faut pas oublier que pour les zones suburbaines, les tarifs sont déjà prédéfinis pour les différents trajets. Les usagers savent ainsi à quoi s’attendre. Et chaque tarif a été bien analysé. Le même système devrait être appliqué dans le centre-ville pour éviter de trop pénaliser les clients. Certains transporteurs essaient d’imposer leurs propres tarifs. « Seuls deux arrêts comptent pour les frais de 400 ariary. Sinon, vous devrez payer 500 ariary ! », s’exclame un receveur d’un bus desservant Mahazo et le centre-ville. De ce fait, les autorités concernées devraient examiner la situation de plus près pour le bénéfice de tous.    

Rova Randria

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff