Publié dans Economie

Projet « Volobe » - Faire de l’hydroélectricité une autoroute de l’énergie

Publié le mardi, 05 février 2019

La Grande île fait face aujourd’hui à un sérieux problème de ressources énergétiques. Ainsi, le projet « Volobe » a été mis en place afin d’apporter des solutions à cette grande problématique. Sous l’impulsion du Gouvernement et avec le soutien des bailleurs de fonds, entre autres la Banque africaine de développement, la Compagnie générale d’hydroélectricité de Volobe (CGHV) veut faire de cette ressource une autoroute de l’énergie. A travers la liaison haute tension entre les réseaux interconnectés de Toamasina et de la Capitale, un véritable pont du réseau électrique malagasy sera ainsi installé.

Effectivement, ceci permettra surtout d’acheminer une partie de l’électricité produite par la centrale de Volobe vers la ville d’Antananarivo, et cela afin de répondre favorablement aux besoins de la population citadine. En outre, la production servira également pour approvisionner les industries environnantes.

Modulable à souhait

En plus, il ne faut pas oublier que l’hydroélectricité reste jusqu’à maintenant la seule source d’énergie à la fois renouvelable et modulable. « Associée à un réservoir, l’hydroélectricité  est l’une des seules énergies renouvelables et modulables. Elle ne génère généralement pas ou peu de gaz à effet de serre. Et son flux peut s’adapter quasi instantanément à la demande. Il est en effet possible de faire monter très rapidement la puissance électrique produite en cas de forte demande et vice versa », explique un responsable auprès du groupe Axian. Tout cela représente des avantages surtout pour le secteur industriel malagasy. Vu que le pays n’est pas encore industrialisé, les industries nouvellement créées pourront ainsi adapter leurs infrastructures pour préserver l’environnement. Ainsi, l’utilisation de l’énergie verte comme source principale d’énergie s’avère primordiale. Avec le projet « Volobe », cette alternative sera donc possible étant donné que l’énergie produite pourra être augmentée au fur et à mesure que les besoins des industries augmentent.  

Pour rappel,  le projet « Volobe » est développé par la CGHV dont les actionnaires sont Jovenna du groupe Axian et l’entreprise Colas. Prochainement, ils seront rejoints par SN Power et Africa 50. Le projet est encore au stade de différentes études de faisabilité. En tout cas, le démarrage des travaux préliminaires est prévu en fin de cette année.   

Rova Randria

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff