Publié dans Economie

Problèmes de la JIRAMA - Des solutions pérennes proposées d’ici vendredi

Publié le lundi, 18 février 2019

Entre les délestages et les coupures incessantes de l’eau, les usagers de la JIRAMA, la compagnie nationale d’eau et d’électricité, commencent à en avoir marre. Les plaintes fusent de plus en plus. « Pour y remédier, des solutions pérennes seront proposées d’ici vendredi », a affirmé Vonjy Andriamanga, ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, hier, lors de l’ouverture officielle de la Semaine de l’énergie à l’hôtel Panorama. Effectivement, durant cette semaine, toutes les parties concernées, à savoir l’Etat, la JIRAMA, les compagnies pétrolières ainsi que les investisseurs se réuniront autour d’une même table afin de solutionner les différents problèmes liés au secteur énergétique. « Cette semaine est une occasion pour discuter des différents problèmes auxquels l’énergie fait face en ce moment, et trouver des solutions durables et pérennes pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, notamment de doubler la production du pays d’ici cinq ans et de permettre à plus de la moitié de la population d’accéder à l’électricité. C’est aussi une opportunité de revoir les contrats de fourniture d’électricité entre la JIRAMA et les parties prenantes », explique le ministre.

 

 Sur le court terme 

En tout cas, en attendant, une solution à court terme a déjà été mise en place depuis le week-end dernier au niveau des différentes centrales de production pour suspendre les coupures de courant incessantes au niveau de la Capitale. « Depuis samedi, nous avons décidé de doubler les stocks journaliers de carburants auprès des centrales pour que ces dernières puissent fonctionner normalement même si le niveau de l’eau au niveau d’Andekaleka n’est pas suffisant. Les coupures d’électricité ont ainsi cessé depuis. A noter que ce volume de stocks est passé d’environ 150m3 à 300m3 par jour », détaille Olivier Jaomiary, directeur général de la JIRAMA. De ce fait, l’augmentation de la consommation de carburants permettra à la centrale d’Ambohimananmbola de faire tourner plus de turbines pour répondre aux besoins en énergie de la population tananarivienne. Pour rappel, le Président de la République, Andry Rajoelina, a déjà proposé une solution à la JIRAMA, celle « d’importer directement du fuel lourd et de réduire ainsi ses dépenses à plus de 30 % ». En tout cas, les parties concernées comptent avancer d’autres solutions pour développer le secteur de l’énergie. 

Rova Randria

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff