Publié dans Economie

93 Corporation - Du riz noir cultivé dans l’île

Publié le mardi, 23 juillet 2019

Une nouvelle couleur dans les assiettes. 93 Corporation propose du riz mais cette fois-ci, sa couleur n’est plus blanche mais noire. L’équipe est allée chercher les semences à l’autre bout du monde avant de les développer à Madagascar. « Nous avons deux variétés de riz, à savoir la variété ronde à gros grain court et une autre au grain plus long et plus fin qui est le riz noir de Camargue. Il faut tout de même noter que ce riz vient de Chine. Nous avons même organisé un voyage juste pour chercher les semences dans un petit village au cœur des montagnes du Vietnam.

Le riz de Camargue est aussi d’origine chinoise mais a été cultivé par la suite en France avant d’être sélectionné pour améliorer son rendement. Effectivement, durant de nombreuses semaines, des recherches sur terrain ont été menées pour trouver des semences dans le sud de la France, dans la Camargue sauvage », raconte James Michael Stuart, représentant de 93 Corporation.

Malgré son origine, le riz noir s’adapte bien au climat de Madagascar puisqu’il peut être cultivé partout comme le riz normal. En effet, c’est de la même espèce mais d’une variété différente. Toutefois, son rendement reste faible. « Le riz noir ne supporte pas les inondations du fait de sa petite taille. Son rendement reste très faible, entre 0,5 et 0,7 tonne par hectare. Sa maturation non homogène complique grandement les récoltes. De ce fait, les épis doivent être récoltés un par un et à plusieurs reprises. En plus, la petite taille de la paille ne donne pas de foin, contrairement au riz malagasy », poursuit-il. En ce moment, 93 Corporation tente de concevoir du riz hybride qui est un croisement entre le riz Nérone et le riz malagasy. « Nous disposons de 5 ans minimum, ou peut-être dix. Pour le moment, cette hybridation garde la couleur noire, le goût et l’odeur mais perd par contre la petite taille, soit 60 à 70 cm de haut », constate-t-il.  Ce projet est le fruit d’un partenariat avec la Ferme des mille fleurs.

Recueillis par Solange Heriniaina

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff