Publié dans Economie

Projet Tatom - Moderniser les infrastructures pour le développement économique

Publié le jeudi, 25 juillet 2019

Un travail axé sur la RN2. Le projet Antananarivo-Toamasina-Madagasikara (Tatom) assure la connectivité entre la ville d’Antananarivo et de Toamasina par le système de transport. En parallèle à cela, le projet vise également à promouvoir le développement industriel et l’investissement dans cette zone. L’atelier de clôture du projet d’élaboration du schéma directeur s’est tenu hier au Carlton Anosy. « Grâce au développement de l’ensemble de la zone Tatom, l’économie de Madagascar sera reconstruite et la société malagasy retrouvera sa stabilité.

L’ensemble de la zone Tatom développera de manière durable ses propres secteurs économiques. De plus, la zone pourrait soutenir le développement des économies d’autres régions en renforçant la connectivité vers d’autres régions à partir d’Antananarivo et la connectivité avec d’autres régions à partir du port de Toamasina grâce à la modernisation de la fonction de transport de l’axe économique Tatom » évoque Harimanana Rabe, directeur général de l’Aménagement du Territoire et de l’Habitat lors de son intervention. De ce fait, les économies en milieu urbain et rural de Moramanga, Brickaville, Manjakandriana et Antsapanana se développeront non seulement grâce à l’expansion du commerce et des services de réparation de véhicules pour passagers et de camions de transports de marchandises, mais également par l’investissement dans les secteurs économiques tout en profitant de la proximité du port de Toamasina.

Un financement de 3,7 millions de dollars

Le projet comprend quatre phases et sera mis en œuvre à partir de cette année jusqu’en 2038. Le Japon, à travers le JICA, reste le grand partenaire de Madagascar dans ce projet de développement. « Le Japon est très heureux de financer avec un montant de 3,7 millions de dollars  ce projet Tatom. Notre pays a toujours accordé une importance capitale dans la qualité de l’infrastructure car elle joue un rôle important en matière de développement. La qualité de l’infrastructure est mesurée non seulement par la qualité de la technologie, la qualité de la mise en œuvre mais aussi la durée de l’exécution du projet » évoque Ogasawara  Ichiro, ambassadeur du Japon à Madagascar.

A la fin de ce projet Tatom, une autoroute entre Toamasina et Antanarivo sera construite pour permettre aux véhicules pour passagers, taxis-brousse,  grands bus et camions de parcourir entre 3 à 3h et demie la distance entre les deux agglomérations. Pour le moment, le projet se trouve encore au stade d’amélioration de la sécurité du transport dans cet axe.

Recueillis par Solange Heriniaina

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff