Publié dans Economie

Salon international des transports, de la logistique et de la manutention - Quatre routes maritimes identifiées

Publié le jeudi, 14 novembre 2019

5 000 km de côtes. Madagascar est une île, toutefois, elle n’arrive pas à exploiter à bon escient tous les avantages. Ainsi, pour le développement du transport maritime à Madagascar, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie a identifié quatre routes. « La route de la vanille pour relier Antsiranana à Vohémar, la route des baleines à bosse reliant Maroantsetra à Toamasina en passant par Mananara, Soanierana Ivongo, Sainte Marie et Foulpointe, la route des épices reliant Toamasina, Vatomandry, Mahanoro ainsi que Nosy Varika et Mananjary et la dernière, la route des baobabs qui reliera Mahajanga, Soalala, Besalampy, Tambohorano et Maintirano » énumère Joël Randriamandranto, ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie ; avant d’ajouter que « la création de ces routes maritimes entraînera par conséquent le développement des infrastructures portuaires pour ne citer qu'Antsiranana et Vohémar, dont les procédures de passation de marché sont en cours pour la recherche de partenariat ».

Le ministère souhaite que ces routes ne se limitent pas seulement aux transports de marchandises mais aussi aux transports de voyageurs. Ainsi, il envisage que des ferries puissent assurer ces voyages en mer, et faciliter le déplacement de région en région. Pour le cas du canal des Pangalanes, la liaison Toamasina-Mananjary sera navigable dès le début de l’année prochaine, et la liaison s’étendant jusqu’à Farafangana au courant de deuxième semestre.

Priorisation

De l’aérien au ferroviaire, en passant par les transports maritimes et fluviaux sans oublier les transports terrestres. Pour cette toute première édition du Salon international des transports, de la logistique et de la manutention, aucun domaine du transport n’a été mis de côté. Et le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie l’a bien démontré tout au long de son discours d’ouverture, hier, à la Zone Forello Expo Tanjombato. Il a, en effet, dressé la liste de ce qui a été fait et de ce qui est à faire, et ce, pour toutes les filières concernées. En tout cas, pour ce salon, les objectifs sont clairs : « regrouper tous les acteurs dans un seul endroit, favoriser les échanges et les discussions tendant vers le développement de la filière mais aussi montrer aux usagers les offres dont le pays dispose et dévoiler les dernières innovations en matière de transports », a précisé le ministre. Cette priorisation se remarquera alors tout au long des différentes conférences présentées.  

Rova Randria

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff