Publié dans Editorial

La relance sur les rails

Publié le jeudi, 18 juin 2020

 Tel un patient atteint d'une insuffisance rénale aiguë ayant besoin d'urgence d'une dialyse, l'économie malagasy exsangue comme partout ailleurs dans le monde nécessite qu'on lui injecte du sang nouveau. Ereintée au stade final par les effets dévastateurs du Covid-19, l'économie est admise en soins d'urgence dans la salle de réanimation.

 

La réunion du mercredi 17 juin au Palais d'Etat d'Iavoloha au cours de laquelle le Maitre des céans conviait les grands opérateurs économiques de la place aux fins de débattre ensemble la mise sur les rails de la relance de l'économie nationale a permis de dégager, pour la première étape, les grandes lignes du redressement.

D'une part, ce fut une occasion inespérée offerte par les dirigeants étatiques aux grands acteurs économiques réunis dans la plate-forme patronale, le FIVPAMA, de faire entendre leurs peines subies par la pandémie du Covid-19 et par la même occasion de soumettre auprès du locataire d'Iavoloha les solutions qu'ils jugent efficaces pour redémarrer, à nouveau, leurs activités au terme de cette douloureuse épreuve vécue durant le confinement.

Les dirigeants d'entreprise au sein du FIVPAMA représentés à l'occasion par leur président Andrianavomanana Razafiarisoa préconisent, entre autres, la suppression des taxes et impôts au titre de cette année, la distribution d'aides sociales aux employés notamment ceux qui ont perdu leurs emplois, dépistages à grande échelle du nouveau coronavirus, distribution du remède traditionnel amélioré (RTA) au niveau de chaque société, la facilitation de l'accès aux prêts bancaires avec un taux d'intérêt de moins de 5%, remise en marche de la Banque nationale de développement et la révision à la baisse des prix, à la pompe, du carburant. Bref, un train de mesures aptes à sauver selon  leur point de vue l'économie en général.

Non sans mésestimer les propositions des membres du FIVPAMA, le Président Rajoelina, en guise de réponse, entouré par les proches collaborateurs et les membres du Gouvernement dirigés par le PM Christian Ntsay, exposa les grandes lignes de la stratégie globale à mettre œuvre. Avec ou sans requêtes, le maitre d'Iavoloha a déjà mis en selle les tenants et aboutissants des solutions à adopter et cela avec en toile de fond la « refondation de l'entrepreneuriat » à Madagasikara.

Ainsi, l'Etat met en avant un Plan multisectoriel d'urgence (PMU) comportant trois axes principaux relatifs au renforcement de la gouvernance de la lutte contre l'épidémie de Covid-19, à  l'amplification des mesures en lien direct avec la protection sociale et au soutien en vue d'une résilience économique. Des mesures fiscales et financières sont prévues pour atténuer les impacts négatifs de la pandémie. Les secteurs les plus touchés à savoir le tourisme, le transport aérien et les zones franches vont bénéficier des dispositions particulières. En sus, trois lignes spéciales de crédit seront mises à la portée de ces acteurs  petits et grands de l'économie.

En somme, l'Etat met la main dans la pâte et  ne ménage pas les efforts. D'énormes investissements soutenus par le pays malgré les faibles moyens dont il dispose débarqueront pour sauver le meuble.

Le Chef de l'Etat espère la mobilisation générale de la Nation en particulier les « nantis » disposant des potentialités, mieux que les autres, à capitaliser leurs ressources. En tout cas, la rencontre du mercredi à Iavoloha a permis sans doute la relance sur les rails de l'économie.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff