Publié dans Editorial

Culture de l’excellence

Publié le vendredi, 16 octobre 2020

Pour la première fois, depuis leur nomination respective, les Gouverneurs de Région se réunissent. En conclave autour du Chef de l’Etat et du Premier Ministre, ils rendent compte de la mission qu’on leur a confiée. Des réalisations effectuées, des problèmes rencontrés, des perspectives en vue …. Bref, l’état actuel de leur Région respective.
Lors de son discours d’intronisation à Mahamasina, le 19 janvier 2019, le Président de la République Rajoelina Andry, fraichement investi, annonçait une série de mesures qu’il jugeait urgentes dont la nomination, dans les meilleurs délais, des Gouverneurs de Région en lieu et place des Chefs de Région et cela afin de booster le développement. L’Etat va leur allouer une somme assez conséquente, à savoir 5 milliards Ar par Région, pour démarrer. La réhabilitation des infrastructures de base (routes, ponts, barrages, etc.) figure au premier plan des actions à entreprendre d’urgence. Et chaque gouverneur sera jugé en fonction de la pertinence de ses actes. Le Président Rajoelina a été clair et net : « le Gouverneur sera soumis à des obligations de résultats. Les incompétents à l’issue des tests seront immédiatement limogés et remplacés de suite ». Un contrat-programme s’impose !
La nomination effective tarde à venir et ce en raison d’imbroglios, des paramètres difficiles à dénouer. Très convoité et fort alléchant, le poste de gouverneur intéresse beaucoup. Les postulants se bousculent au portillon. Réseaux ou lobbyings divers, groupes de pression s’érigent en blocage. Le Chef de l’Etat et le Premier ministre, quelque peu pris de court et pris d’assaut, ont du mal à s’y prendre.
La première vague de nomination de 11 gouverneurs dont entre autres Rasoamaromaka Herilalaniaina (Analamanga), Lylison  René de Rolland Urbain (Sofia) intervenait le 25 septembre 2019, huit mois après l’investiture du Président. La deuxième en février 2020 et la troisième vague en mars 2020 dont Vy-Vato Rakotondraditra (Vakinankaratra). Apparemment et dans la plupart des cas, Rajoelina mise sur des éléments les plus fidèles. Toujours est-il que quatre gouverneurs restent à désigner. Un cinquième en cas de 23 Régions.
Rajoelina profitait de la célébration nationale du 14 octobre, naissance de la Première République, pour réunir en Conseil tous les gouverneurs. Evidemment, ce sera une occasion de grand rapport d’activité devant les deux chefs de l’Exécutif. Etant soumis à un contrat-programme précis, chaque gouverneur se doit de rendre compte de ses actes. Un grand oral nécessaire pour la bonne marche des affaires régionales et partant nationales.
Il est temps que la haute sphère de la décision se penche sur le concept de qualité, sans minimiser l’importance quantitative des résultats. La tentation de se verser dans la quantité des réalisations faites pèse toujours si bien qu’on néglige, à tous les coups, la notion de qualité. On claironne sur les tribunes, sous les applaudissements  de l’assistance, d’avoir fait ceci ou cela sans se soucier souvent de la qualité des actes accomplis.
La culture de l’excellence nous échappe toujours. Au final, les travaux bâclés nous coûtent trop. A Antananarivo, il fallait réparer tous les ans les rues, souvent sur les mêmes portions, qui avaient fait déjà l’objet de réhabilitations tous les ans. Et on rencontre les mêmes cas partout ailleurs !
Le tout premier Conseil des gouverneurs doit aboutir vers une prise de conscience générale qu’il faut désormais entretenir la culture de l’excellence.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Mobilisation face au Kere dans le Sud - Les députés offrent 8,5 tonnes de riz
  • Taxes pétrolières pour l’environnement - Détournement de 15 milliards destinés à l’OLEP
  • Lutte contre la Covid-19 - La communication, arme absolue utilisée par l’Etat
  • Village et Rova d’Ambohimanga - Les habitants retrouvent le goût de l’eau potable
  • Présidence de la Confédération africaine de football - Ahmad brigue un second mandat !
  • Assemblée nationale - Le calme plat
  • Pension de retraite pour les députés - Oui mais…
  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective

La Une

Editorial

  • Avec ou sans … !
    L’absentéisme. C’est le mode opératoire opté des sénateurs de l’Opposition pour exprimer leur… colère. En effet, Thierry Raveloson, Andriamandavy Riana, Olga Ramalason et compagnie, les sénateurs HVM et TIM, boudent. Ils désertent les séances de la Session ordinaire (la dernière du genre) de leur institution. Un manquement flagrant envers le devoir sacré qu’ils sont censés assumer en tant qu’élus. Et ils sont payés pour ! En droit de leur réclamer des comptes, les contribuables suivent de près la situation. A moins que ces « têtes brûlées » du Palais de verre renoncent à toucher leurs indemnités et avantages divers. C’est à voir !Arrivé en fin de parcours, le mandat des sénateurs se termine mal pour ne pas dire en queue de poisson. En tout cas, les sénateurs de l’Opposition doivent s’attendre à une telle mésaventure. En 2018, au tout début de la campagne électorale, le candidat Rajoelina annonçait déjà la…

A bout portant

AutoDiff