Publié dans Editorial

Jeu interdit !

Publié le vendredi, 23 octobre 2020

A quoi joue-t-on là-haut ? Immaturité politique ou gaminerie mal assimilée ! En tout cas, quelque chose pas très catholique du moins déconcertant se produit dans les rangs des dirigeants du régime en place. Totalement inconscients de l’impact nocif de leurs actes, certains s’amusent à s’adonner à un certain jeu dangereux, guerre entre frères d’armes. Non seulement un jeu dangereux mais plutôt interdit. Des observateurs avisés redoutent l’éclatement.

 

Fidèle à ses principes à honorer les promesses, le Président Rajoelina Andry engage auprès de tous les intéressés le processus devant aboutir à la scission en deux la Région Vatovavy Fitovinany. Un engagement qu’il avait pris lors des campagnes électorales. Des contacts sur place, des débats autour d’une table et des consultations ont été mis en œuvre. Autorités traditionnelles, élus, simples citoyens et la population concernée en général ont été consultés au Palais et sur place.  Et tout cela afin d’éviter tout risque de frustration ou de contestation. Mais, il semble que des zones d’ombre existent encore.

 Razafindratsiandraofa Jean Brunelle, député élu dans le District d’Ikongo se rebiffe. Soutenu par quelques notables locaux, Brunelle rejette carrément l’option arrêtée selon laquelle Ikongo serait rattaché à Fitovinany. Ainsi, la Région de Fitovinany serait composée des Districts de Manakara, Vohipeno et d’Ikongo. Et la Région de Vatovavy des trois autres Districts dont Nosy Varika, Mananjary et Ifanadiana. Le député d’Ikongo persiste et signe que le District d’Ikongo doit intégrer la Région de Vatovavy. Il rame ainsi à contre-courant la décision prise à l’issue de la consultation générale initiée par le Chef de l’Etat en personne. Des autorités traditionnelles, des notables, des élus et la population en général ont tous jugé normal et judicieux de rattacher Ikongo à Vohipeno et à Manakara. Et cela pour des raisons culturelles, historiques, géographiques et administratives. Et voilà, l’ancien ministre et parlementaire Razafindratsiandraofa Jean Brunelle, pour des raisons occultes, se lève contre l’avis de la majorité et se dit prêt à « lutter » jusqu’au bout, « Inona ary ‘ty !».  En ce moment de la Session ordinaire de l’Assemblée nationale, il fait parler de lui dans les travées du Palais.

Le cas Brunelle qui fait plaisir aux détracteurs du régime soulève le débat sur la notion de discipline de parti et de la séparation des pouvoirs. Fidèle parmi les fidèles, le député d’Ikongo, fait partie des barons du TGV-MAPAR. Il siège à l’instance dirigeante de la formation fondée par Rajoelina où tout doit se discuter et arrêter les grandes décisions du parti et par extension, de la Nation. Aucun signe de divergence ni de disfonctionnement ne doit apparaître au grand public. Aucun membre, à quel niveau que ce soit, ne peut se prévaloir d’être au-dessus de la décision de la majorité. C’est une question de discipline de parti ! La maturité politique de chacun est jugée en fonction de sa capacité à se soumettre à la majorité. Il faut noter aussi l’irrespect face à la séparation des pouvoirs. La gestion de l’administration territoriale relève de la compétence exclusive de l’Exécutif. Un élu ne peut pas, ne doit pas s’ériger en blocage à cette disposition.

Razafindratsiandraofo Brunelle, qui offre sur un plateau d’argent l’occasion aux détracteurs de nuire le régime, se livre à un jeu très critique voire interdit.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff