Publié dans Editorial

 Les prix, hors de portée !

Publié le mardi, 10 novembre 2020

Dure ! La vie est dure ! Les prix des produits de base sur les étals flambent. Les petites bourses ne parviennent plus à suivre le rythme et les pauvres paniers des mères de famille souffrent d'insuffisance chronique. Les sept mois de mesures drastiques afin de contourner la pandémie de la Covid-19 impactent durement sur le quotidien de la population sans distinction de niveau de vie ni de région d'origine. Le confinement total ou même partiel plonge le pays dans le désarroi sans précédent. De l'avis des observateurs politiques ou scientifiques, la propagation de la Covid à travers le monde déclenche des effets dévastateurs incalculables. Tous les secteurs de l'économie nationale et mondiale subissent des raclées innommables.

 

Le secteur du transport sous tous ses aspects (routier, fluvial, maritime, aérien) s'agenouille. Le tourisme, soit dit en passant, vit des moments les plus insupportables. Les opérateurs évoluant dans ce domaine stratégique, toutes branches confondues, crient au désespoir. Les activités liées, de près ou de loin, au service du transport, se trouvent dans une situation intenable et inextricable. Le confinement avec son cortège de malédictions perturbent le libre mouvement des hommes et des produits. Une situation propice aux abus de toutes les couleurs. Les opérateurs tels les grossistes jusqu'aux petits détaillants profitent de façon injuste de ce contexte qui au final échappe pratiquement au contrôle des autorités compétentes. Ils affichent sur le marché des prix nettement au-dessus de la capacité matérielle des modestes bourses du peuple. La dégringolade très inquiétante et dangereuse de l'ariary par rapport aux principales monnaies d'échange (le dollar et l'euro) sur le marché international n'arrange point l'affaire. On n'a pas besoin d'être un expert maitrisant les arcanes du mouvement monétaire pour saisir qu'une telle dépréciation se traduit logiquement  par une inflation sur le marché local. Justement, les grossistes accusent la descente aux enfers de la monnaie locale comme étant la principale responsable de l'escalade des prix au pays. Un point de vue que le gouverneur de la Banque centrale Henri Rabarijohn rejette de façon catégorique qu'il qualifie même de « fantaisiste ». Selon ce premier responsable de la régulation de la monnaie nationale, les grossistes et consorts profitent indument de la situation chaotique de l'après confinement pour s'enrichir indécemment.

De toute façon, quelles que soient les raisons avancées pour justifier ou du moins pour expliquer cette inflation barbare qui pénalise durement le « Vahoaka », il appartient aux autorités compétentes de chercher par tous les moyens à résoudre cette situation invivable. Tous les prix des produits de consommation nécessaire au fonctionnement de la vie quotidienne de la population sont revus à la hausse. Les prix des PPN, en particulier le riz, les œufs, l'huile alimentaire, les fruits et les légumes, sont pratiquement inaccessibles au « valala be mandry ». En effet, le commun des mortels ne veulent rien en savoir. A l'allure de cette flambée des prix, le risque d'explosion sociale n'est pas à écarter. Il semble que les responsables se renvoient la balle. Il va falloir que les agents du département de l'Industrie et du Commerce descendent sur terrain périodiquement sinon à tout moment pour constater de visu la galère vécue par les concitoyens et prendre les dispositions qui conviennent pour stopper net la spirale sinon le pire.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés
  • Fanirisoa Ernaivo - Quand la haine se déchaîne
  • Crédibilité de l’Opposition - De mal en pis !
  • Recrudescence de la Covid-19 à Nosy-Be - Suspension des vols internationaux envisageable
  • Trafic des 73,5 kg d’or - La Justice sud-africaine déboute la société de Dubaï et les trois trafiquants malagasy
  • RMDM - Une plateforme adepte de la désinformation
  • Université de Toamasina - Son président aspire à devenir ministre
  • Transport par câble à Antananarivo - Les deux premières lignes opérationnelles en 2023
Pub droite 1

Editorial

  • Un recalibrage s’impose !
    Il faudrait, dans l’intérêt général de la Nation, recadrer les délimitations du sens du terme « démocratie » et le situer dans le contexte propre qui prévaut. Comme toute chose, la démocratie ne peut pas avoir une définition statique, invariable et irrévocable. Il faut bien l’intégrerou le cadrer dans le contexte spatio-temporel. Une telle approche ne confère pas à la démocratie un sens élastique que chacun pourrait tirer selon sa bonne volonté. Il existe une certaine constante dans le cadre duquel un authentique démocrate on ne doit pas passer outre.Larousse définit, entre autres, le mot « démocratie » en ces termes : « Régime politique dans lequel le peuple exerce sa souveraineté lui-même sans l’intermédiaire d’un organe représentatif (démocratie directe) ou par représentants interposés (démocratie représentative) ». A partir de ce cadrage de base, il appartient à chaque pays ou Etat de calibrer le concept de démocratie qui lui convient…

A bout portant

AutoDiff