Publié dans Editorial

Ligne rouge franchie

Publié le mercredi, 11 novembre 2020

De la barbarie manifeste ! Les violences basées sur le genre atteignent les dimensions impensables. Les délits de viol, notamment sur mineur, explosent. Pire, les parents proches (des cousins, des oncles, des beaux-pères, à même du père ou grand-père biologique ou d’un frère direct) sont pour la plupart les auteurs de viols qui, souvent, se terminent par le décès des victimes.  Le cas de Tiffania, une fillette de 7 ans, même pas une adolescente, violée à mort par son proche parent, nous interpelle tous. D’après les informations émanant de la famille, la petite faisait déjà l’objet de viol à répétition depuis l’âge de cinq ans. C’est inouï et inadmissible. Des actes immoraux et barbares dépassent de loin les limites de la dimension humaine que même les bêtes sauvages de la jungle hésitent à commettre.
Il fallait attendre le cas de Tiffania pour que tout le monde se ressaisisse et se mobilise. Suscitant une levée de boucliers des responsables étatiques, société civile, simples citoyens. Certes, mieux vaut tard que jamais ! La Première Dame Mialy Rajoelina tirait la sonnette d’alarme concernant les Violences basées sur le genre (VBG) depuis des lustres. Elle condamne avec la plus grande sévérité le crime et promet de militer en profondeur pour tout stopper. Raison pour laquelle le Fonds des Nations unies pour l’enfance, l’UNICEF, l’a priée de bien vouloir enfiler le costume d’ambassadrice dans la lutte contre les violences basées sur le genre. Une mission que Mialy Rajoelina a acceptée volontiers et en toute humilité étant entendu  qu’elle entre directement dans la ligne droite de son « combat ».
Les violences basées sur le genre ne datent pas d’hier ni d’avant-hier. Elles font partie du groupe de crimes ignorés. En milieu rural aussi bien urbain, le phénomène se produit sans qu’on daigne faire bouger le petit doigt.  Croire que les VBG, en particulier les cas de viols sur mineur ou autres, n’existent pas ou bien n’ont jamais atteint le niveau troublant actuel, c’est faire preuve de naïveté. C’est grâce au progrès technique de la communication que nous avons pu faire connaissance, au jour le jour, des faits inhumains.
Certains analystes tentent de faire la lumière sur la recrudescence de ces violences absurdes. Il se trouve que la peur de dénoncer le crime figure parmi les raisons majeures. Soit par souci d’éviter les représailles ou pour sauvegarder l’honneur de la famille. Il y a aussi le confinement prolongé de quelques mois. Le fait de rester confiné à la maison donne lieu à des tentations sordides. Mais selon des observateurs plus avisés, l’échec à grande échelle de l’éducation débouche à une situation favorable au mauvais comportement social de certains individus. De ce fait, le manque flagrant d’éducation civique porte atteinte à la dignité des êtres humains. En ces temps-ci, on ne se respecte plus ! Il ne faut pas omettre de signaler également le manquement des responsables chargés de l’éducation morale et spirituelle. L’église échoue totalement dans la mission qu’elle s‘est vouée d’assumer. Enfin, l’absence d’une législation sévère capable de dissuader les fauteurs de délits de type VGB profite à la recrudescence du mal.
La ligne rouge franchie, tout le monde se donne la main pour circonscrire, enfin, le crime.
 


Fil infos

  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la matière grise !
    Madagasikara se trouve à la croisée des chemins pour le recrutement de certains postes-clés et hautement stratégiques. D’emblée, une cynique mais légitime question intervient : « le pays dispose-t-il suffisamment de matière grise pour satisfaire ses besoins ? ». La Compagnie nationale malagasy de transport aérien « Air Madagascar » recrute son directeur général (DG). Elle est à la recherche depuis une semaine d’un oiseau rare. Depuis le départ volontaire du DG Besoa Razafimaharo en décembre 2019, Air Mad n’a plus de DG titulaire. La Direction générale a été assurée par une intérimaire, en la personne de Hanitra Rasetarinera, et ce depuis le 15 janvier 2020. Elle n’est autre que le directeur général adjoint, chargé de la finance. Evidemment, la mission que le Conseil d’administration entend confier à l’oiseau rare (le DG) consiste à relever la Compagnie. En effet, le divorce forcé avec la Compagnie réunionnaise Air Austral portait un…

A bout portant

AutoDiff