Publié dans Editorial

Année charnière

Publié le jeudi, 07 janvier 2021

2021, la nouvelle année démarre. Les espoirs d’une vie meilleure prennent forme. L’année qui vient de tirer sa révérence nous a tous tordus le cou. Toutes les franges de la société, du haut de la gamme jusqu’au plus bas niveau, ont durement encaissé d’une manière ou d’une autre les effets pervers de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19 durant l’année écoulée, 2020. Tout le monde tente d’espérer que 2021, l’année charnière, puisse apporter à chacun, à chaque ménage, à chaque activité professionnelle, à chaque secteur de l’économie, à chaque Région un élan de changement, du dynamisme et de la prospérité.
Larousse définit le mot « charnière » en ces termes, entre autres : « Se dit de ce qui sert de transition ou d’articulation entre deux périodes, deux domaines ». Pont entre l’année noire, 2020, et les nouvelles perspectives encourageantes des années à venir, l’année nouvelle 2021 tient rôle des plus importants dans la réussite du Velirano. L’avenir de la Nation dépend de la dynamique de cette année charnière.
Les résultats des sénatoriales sont maintenant connus. Le Gouvernement vient d’achever la mise en place des différentes Institutions de la République. Désormais, le Parlement bicaméral peut fonctionner à plein régime au diapason avec l’Exécutif. L’arrivée d’une nouvelle majorité à Anosikely en symbiose avec celle de Tsimbazaza conforte la maitrise des défis que le pouvoir en place entend surmonter dans les meilleurs délais. Les Collectivités territoriales décentralisées (CTD) sont opérationnelles. Il s’agit d’un pari tenu par les tenants du pouvoir s’inscrivant dans le processus du respect de la loi fondamentale et d’un Etat de droit.
Les conditions essentielles notamment sur le plan politique maintenant réunies, il appartient à ceux qui tiennent les manettes du pouvoir de préparer activement le démarrage effectif de tous les gros chantiers promis par le Chef de l’Etat Rajoelina Andry.
Tous les acteurs du développement se doivent de mettre la main à la pâte. Les membres du Gouvernement, ceux ou celles qui seront confirmés à leur poste respectif et les nouveaux venus n’ont pas le temps de gesticuler. Il faut immédiatement s’impliquer dans la mise en marche du Programme pour l’émergence du pays. Un quelconque ratage enregistré au cours de cette année de transition vers le redressement définitif de la Grande île coûterait trop cher pour tout le monde. En effet, tout le monde n’a pas droit à l’erreur ! Le pays a trop souffert pour supporter les inepties de certaines brebis galeuses. Il est strictement normal si les deux chefs de l’Exécutif font montre de sévérité ou d’intransigeance. Le temps des « mora mora » ou de la complaisance est révolu. Quand un pont fait preuve de défaillance, tout est bloqué. Alors là, c’est grave ! Les effets collatéraux s’avèrent inimaginables.
L’année charnière 2021 se présente logiquement ainsi comme l’année de travail. Année de mobilisation générale ! Elus, nommés, agents de l’Etat, du secteur privé et simples citoyens ont tous leur part de brique à apporter dans cette grande œuvre de redressement national.
En tant qu’année charnière, 2021 sert à jeter les bases d’un vrai développement du pays. Les deux premières années du mandat de Rajoelina risqueront de ne nous servir qu’à rien au cas où nous perdrons la pédale durant cette année charnière.
Ndrianaivo

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff