Publié dans Editorial

Fondamentaux !

Publié le dimanche, 10 octobre 2021

Partir de la base pour raffermir la bâtisse. Toute construction, quelle que soit sa taille, doit impérativement et naturellement commencer par la base. La consistance et la durabilité de tout bâtiment dépendent des conditions sur lesquelles il est bâti. Une cabane ou un immeuble à étages du genre tour s’apprécie en fonction de la solidité de sa base, autrement dit, de sa fondation. Des fondamentaux qu’aucun ingénieur ni architecte ne pourra à jamais défiler encore moins négliger.
De fil à aiguille, il va falloir pour tout dirigeant qui mise à reconstruire son pays de commencer par le commencement à savoir la base. Et quelle base ? La fondation ! Des trois éléments fondamentaux qui constituent l’homme à savoir l’âme, l’esprit et le corps, il faut établir et prendre en considération cette « préséance protocolaire ». Qui veut « remettre à flots son pays » signifie « refonder l’âme et l’esprit de son peuple » et parallèlement en prenant soin de son corps. Ces trois éléments basiques vont toujours ensemble. Le fait de négliger l’un d’entre eux crée un déséquilibre grave chez l’homme et par extension chez un peuple.
De l’âme d’un peuple ! Alain Foka, le célèbre historien-chroniqueur de la Radio France Internationale (RFI) dit et redit que « Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple car un peuple sans histoire est un monde sans âme ! » A travers ce légendaire concept, Alain Foka veut insinuer le lien fœtal entre l’histoire d’un pays ou d’un peuple et son âme. Un peuple qui ignore inconsciemment ou volontairement son histoire perd un repère fondamental. C’est un peuple égaré et dépersonnalisé. La raison pour laquelle les pouvoirs coloniaux ont sciemment écarté du programme scolaire destiné aux indigènes l’enseignement de l’histoire de son pays, de son peuple. Notamment les chapitres relatifs aux évènements historiques relatant les luttes contre le pouvoir oppressif colonial (Menalamba, VVS, Ralaimongo, 29 mars 1947, etc.). Maintenant, un pays souverain a le devoir fondamental d’offrir aux générations présentes et futures toutes les opportunités à faire rayonner les péripéties de l’histoire de son pays.
De la culture. La culture est un support capital pour entretenir l’âme d’un peuple. Tout comme l’histoire, la culture façonne la personnalité d’un peuple. Un peuple qui n’a pas de culture propre à son identité est un peuple sans âme. Il s’agit aussi pour les dirigeants d’un  devoir sacré de lutter contre toute forme de « déculturation » voulue par les colonialistes ou les néocolonialistes. Sauvegarder l’identité culturelle d’un peuple est un acte fondamental qui repose sur la conscience de chacun de nous ! Les dirigeants en place jouent le rôle de leader.
De l’esprit et de l’intelligence. Le troisième volet fondamental, constituant la personnalité morale d’un homme, d’un peuple, réside dans la consolidation intellectuelle. C’est ici précisément qu’entre en jeu le domaine de l’éducation et de l’enseignement. Encore des secteurs fondamentaux à prendre en considération et à entretenir par la plus grande attention !
Mais, les bonnes intentions ou les belles paroles ne suffisent point. Il va falloir mettre à la disposition des infrastructures culturelles et scolaires respectant les normes ainsi que des supports pédagogiques conséquents entre autres livres, documents et brochures facilitant la transmission du savoir.
Un dirigeant sérieux n’occulte jamais ces fondamentaux.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff