Publié dans Editorial

Sacré numéro ! Numéro sacré !

Publié le lundi, 18 septembre 2023



Suite au tirage au sort du numéro de chaque candidat, il en ressort que le candidat Rajoelina Andry Nirina portera le dossard numéro 3. Porte chance ou porte malheur ! Là n’est pas la question. Dans ce genre de compétition la notion de « chance » ou de « malheur » n’entre pas forcément en jeu. L’élection ou non d’un tel ou tel candidat au poste de Président de la République dépendra étroitement de ce qu’il est, ce qu’il était, peut-être, ou de ce qu’il « sera » c’est-à-dire de ce qu’il a fait dans le passé et de ce qu’il présente pour améliorer le « présent » et « l’avenir » du pays.
En réalité, dans une élection présidentielle, il n’y a pas de miracle ni de magie. Le peuple apprécie en fonction de ce qu’il a vu ou constaté à partir des faits réels ! Un postulant à la chaire de la  présidence du pays n’a aucune chance de réussir s’il n’est pas capable de présenter un dossier ou un parcours apte à convaincre l’électorat. S’il ne parvient pas non plus à faire état d’un savoir-faire sérieux, expériences solides et connaissances intellectuelles, pour diriger les 25 millions de malagasy. Et enfin, s’il ne jouit pas d’une notoriété morale à travers un parcours « sans taches » de nature à drainer la majorité des citoyens.
Compte tenu de ces critères de base, la fonction de Chef d’Etat n’est pas le fait d’un aventurier ou de quelqu’un farfelu. En quelque sorte, c’est l’apanage d’un ou d’une femme sérieux ayant un background solide et convainquant. Une personnalité crédible ! Quel que soit le numéro obtenu lors du tirage au sort, cela n’a aucun impact sur le déroulement et les résultats du scrutin.
Toujours est-il, certains chiffres légendaires et emblématiques portant en eux des caractères sacrés, « isa masina », selon la croyance des uns et des autres existent. D’après les traditions de la religion judéo-chrétienne, le nombre « trois » figure parmi les plus vénérés. Pour le peuple d’Israël, c’est nombre des grands Patriarches à l’origine de la Nation d’Israël : Abraham, Isaak et Jacob. Pour les chrétiens, le chiffre « trois » incarne la « Trinité » : Dieu le Père, Jésus le Fils et le Saint-Esprit, fondement même de la base doctrinale de la foi chrétienne. Ainsi, c’est un chiffre sacré ! D’autres comme le « sept » et le « douze » portent en eux des valeurs mystiques notamment selon l’esprit de la tradition ancienne des malagasy. Le sept symbolise l’idéal tandis que le douze, le sacré ou uniquement réservé au souverain : les douze montagnes sacrées d’Antananarivo, etc.
Le candidat du parti TGV, Rajoelina Andry Nirina porte selon le verdict du tirage au sort le numéro trois. Son bulletin de vote sera imprimé sous le chiffre « trois ». Des sympathisants TGV, soutenant le candidat Rajoelina, y voient déjà un signe de bon augure. A tort ou à raison, ils y croient !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Des opportunités multiples pour la Grande île 
  • Retour sur la scène politique - Des politiciens ratent le coche 
  • ACTU-BREVES
  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Sur tous les fronts !
    Rajoelina Andry Nirina, Président de la République de Madagasikara, fonce sur tous les fronts. Accompagné de son épouse, fidèle à ses côtés, il arpente et dévale monts et vallées. C’est dur d’être numéro Un d’un pays qui se débat contre les emprises de la pauvreté. Le couple présidentiel assume. Hier en Corée du Sud ! Avant-hier à l’Union africaine. Aujourd’hui à Genève. Demain et le lendemain, ailleurs ! Le feu professeur Zafy Albert bâtit sa notoriété en faisant le tour de Madagasikara, à travers ce qu’on appelait le « Mada – raid ». Des descentes de proximité, que le professeur-président effectuait, visaient à rencontrer les concitoyens là où ils se trouvent. Des contacts directs que les gens appréciaient beaucoup. Le feu colonel Ratsimandrava Richard, le père du Fokonolona, parcourait le pays, par le moyen du « Ala-olana », afin d’apporter des solutions aux problèmes quotidiens de la population à la…

A bout portant

AutoDiff