Publié dans Editorial

Coupable

Publié le vendredi, 23 février 2024

Romy Voos Andrianarisoa est reconnue coupable. Le jury du tribunal de South-wark Crown Court de Londres a retenu la charge contre elle et son associé Philippe Tabuteau. Le verdict aura lieu le 18 mars prochain. Selon la loi britannique, elle encourra une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans.
Romy Voos Andrianarisoa et Philippe Tabuteau ont été interpelés à Londres pour une affaire de corruption. Pratiquement d’une tentative d’extorsion d’argent d’un montant de 310.000 dollars auprès de Gemfields, une société britannique spécialisée dans l’extraction de rubis et d’émeraude. En plus, ils cherchaient à obtenir une participation de 5% dans la filiale exploitant des mines à Madagasikara. Le tout, assorti de licences minières. 
La sulfureuse affaire éclaboussant l’ancienne directrice auprès de la Présidence, au point de la faire chuter, ayant fait couler beaucoup d’encre et déclencher vainement des spéculations hâtives et hasardeuses, conduit les observateurs à se poser des questions. Des questionnements qui, pour la plupart, restent sans réponse taraudent les esprits. La question centrale autour de laquelle s’articulent d’autres repose sur « qui est la personne ou le groupe de personnes ayant introduit Romy Voos au palais. Apparemment, elle a réussi à s’intégrer dans la cour des grands jusqu’à pouvoir pénétrer dans le lieu très saint du palais, le cabinet présidentiel ? Et encore plus étonnant et plus grave, Romy Voos Andrianarisoa parvenait à conquérir la confiance du Chef de l’Etat pour être nommée directrice du cabinet de Président ! Un poste super-clé qui ne s’accorde pas à n’importe qui ! D’après les informations dignes de foi, Romy Voos n’est pas à sa première nébuleuse aventure en termes d’affaires noires. Il semble qu’elle se trouva mouillée dans des cas douteux depuis 2021. Alors, qui l’avait introduit auprès du Maitre des céans. Logiquement ou normalement, la personne ou le groupe de personnes qui a bien voulu recommander Voos Romy auprès du Président de la République n’est pas sans savoir exactement sur son identité et sa nature. Inutile de déterminer ainsi le poids de la responsabilité de celui ou celle qui a induit en erreur le Chef de l’Etat. En tout cas, elle dirigeait le cabinet du Président pendant au moins sept longs mois. Période largement suffisante pour s’imprégner dans le secret des affaires d’Etat. Ordre de temps mieux que suffisant pour tisser des relations d’affaires … louches ! Par mesure de prudence, la Présidence aurait dû enclencher, si ce n’est pas déjà fait, des enquêtes minutieuses et approfondies concernant le laps de temps où cette indélicate directrice aurait pu faire de mars à octobre 2023.
On est encore en pleine vague de nominations, des observateurs jugent nécessaire de faire le maximum d’attention. Non pas seulement au niveau du Gouvernement mais à tous les échelons de hautes responsabilités.
Reconnue coupable, Romy Voos Andrianarisoa attend le verdict. Le jury saura, à juste titre, définir les sanctions qu’elle et son associé méritent. On le sait, la Justice britannique ne plaisante point dans les affaires de corruption.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Mission du FMI à Madagascar - Deux appuis financiers importants sur la table des négociations
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Enseignement supérieur - L'université de Fenoarivo -Atsinanana officiellement inaugurée 
  • Administration - Le Président veut des collaborateurs loyaux et efficaces
  • Actu-brèves
  • JIRAMA - Le manager de redressement bientôt dans le ring
  • Lutte contre la corruption à Madagascar - Le CSI pointe du doigt les blocages institutionnels
  • Conseil des ministres décentralisé - Focus sur Toamasina
  • Législatives - 470 prétendants à l’assaut des 163 sièges au Parlement

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Recadrage présidentiel
    Au terme d’un Conseil des ministres, délocalisé à Toamasina, la capitale de la Région d’Atsinanana, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry et la délégation qu’il conduit, des membres du Gouvernement, se sont enquis de l’état actuel de la situation de l’avancement des travaux s’inscrivant dans le cadre des projets présidentiels dans le Grand Port et aussi de la Région d’Analanjirofo.A Toamasina, le Président Rajoelina et sa suite dont entre autres le Premier ministre, Ntsay Christian, la ministre de la Justice Landy Mbolatiana Randriamanantsoa, le ministre des Travaux publics, le colonel Ndriamihaja Livah Andrianatrehina, le Secrétaire d’Etat en charge des Nouvelles villes Gérard Andriamanohisoa et bien d’autres, ont constaté de visu l’état de la réalisation des travaux. Le chantier MIAMI, un projet présidentiel phare dans le Grand Port de l’Est, continue son bonhomme de chemin. En dépit des retards dus aux crises sanitaires de 2020- 2022 et surtout à cause de…

A bout portant

AutoDiff