Publié dans Editorial

Phase cruciale

Publié le mardi, 02 avril 2024


Choix du candidat. Si la fin du dépôt de candidature, l’acte décisif, sera effective en cette fin de semaine, le choix du candidat qui portera les couleurs de la formation politique dans une circonscription donnée en est la phase cruciale.
En début d’année, le 15 janvier, nous avions déjà eu l’occasion à travers cette colonne éditoriale d’évoquer dans « Quid du casting » l’importance de la phase préparatoire qui est l’établissement du casting dans le processus électoral. La réussite future du  mandat de la ou du parlementaire dépend étroitement de l’échafaudage ou du montage du casting. De ce casting bien élaboré découlera du bon choix du candidat. A rappeler que la réussite ne se limite pas au moment de l’élection du candidat au poste de maire ou de député, elle se prolongera pour durer tout au long de la mandature de cinq ans. Il est navrant de devoir déclencher la déchéance d’un ou d’une maire ou parlementaire pour cause de conduite inadéquate à son statut d’élu(e) fidèle au principe ou  crédible. L’exclusion d’un élu du rang de la famille politique ou du parti est l’expression quelque part d’un échec de casting sinon du choix de candidat. Nous avions clairement signifié à travers cette Edito du 15 janvier que « l’erreur de casting débouchant vers le mauvais choix de candidat portera certainement et lourdement préjudice aux intérêts majeurs de la Nation ».  L’instabilité d’une Institution, entre autres l’Assemblée nationale, résulte des mauvais choix de candidat. Et quand cette auguste Assemblée se trouve secouée par des mouvements de fronde de quelque nature que ce soit, c’est le pays tout entier qui en pâtit. Au fait, quand l’Assemblée nationale tousse, le pays a de la température, de la fièvre !
Le choix final des candidats ou autrement l’arrêtage de la liste finale des candidats appartient à l’état-major restreint du parti ou d’une plateforme regroupant plusieurs formations soutenant la même idéologie sinon le personnage clé du régime. Pour certains partis qui respectent le principe de la démocratie, le choix des candidats peut être l’aboutissement d’un processus en partant de la base sous forme de « primaire ». La décision finale appartient au bureau politique. Sinon carrément le cas des candidats téléguidés d’en haut. Ce qui n’est pas forcément du goût des membres du parti à la base ! En tout cas, les membres du noyau central du parti doivent se méfier des parvenus sinon des intrus qui arrivent à sauter dans le train … en marche. C’est toujours un danger qui guette en permanence les plateformes ou des coalitions. Des ex de ceci sinon des anciens de cela dont certains parmi eux étaient devenus tristement célèbres pour leurs agissements qui, éreintés par la longue traversée du désert, sautent subtilement sur l’occasion par une opportunité offerte pour afficher leur soi-disant soutien indéfectible au numéro un du pays. D’autres furent des traitres habilement transformés en anges et espèrent revenir aux affaires …
La date butoir du dépôt des dossiers pour acter la candidature est fixée pour ce samedi 6 avril 2024. On suppose que la course pour la dernière ligne droite se fasse sans merci. C’est le moment le plus délicat du processus qu’il faille prendre toutes les précautions. Une phase finale voire cruciale qui déterminera l’avenir.
Ndrianaivo


Fil infos

  • Mission du FMI à Madagascar - Deux appuis financiers importants sur la table des négociations
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Enseignement supérieur - L'université de Fenoarivo -Atsinanana officiellement inaugurée 
  • Administration - Le Président veut des collaborateurs loyaux et efficaces
  • Actu-brèves
  • JIRAMA - Le manager de redressement bientôt dans le ring
  • Lutte contre la corruption à Madagascar - Le CSI pointe du doigt les blocages institutionnels
  • Conseil des ministres décentralisé - Focus sur Toamasina
  • Législatives - 470 prétendants à l’assaut des 163 sièges au Parlement

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Recadrage présidentiel
    Au terme d’un Conseil des ministres, délocalisé à Toamasina, la capitale de la Région d’Atsinanana, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry et la délégation qu’il conduit, des membres du Gouvernement, se sont enquis de l’état actuel de la situation de l’avancement des travaux s’inscrivant dans le cadre des projets présidentiels dans le Grand Port et aussi de la Région d’Analanjirofo.A Toamasina, le Président Rajoelina et sa suite dont entre autres le Premier ministre, Ntsay Christian, la ministre de la Justice Landy Mbolatiana Randriamanantsoa, le ministre des Travaux publics, le colonel Ndriamihaja Livah Andrianatrehina, le Secrétaire d’Etat en charge des Nouvelles villes Gérard Andriamanohisoa et bien d’autres, ont constaté de visu l’état de la réalisation des travaux. Le chantier MIAMI, un projet présidentiel phare dans le Grand Port de l’Est, continue son bonhomme de chemin. En dépit des retards dus aux crises sanitaires de 2020- 2022 et surtout à cause de…

A bout portant

AutoDiff