Publié dans Editorial

Session incertaine

Publié le lundi, 06 mai 2024

Selon la Constitution, Art. 75 alinéa 3, la première session ordinaire du Parlement se tient le premier mardi du mois de mai consacrée principalement à l’adoption de la Loi de Finances.

Normalement, l’ouverture officielle de la session ordinaire des deux Chambres parlementaires doit avoir lieu ce jour 7 mai dans la matinée pour les élus députés de l’Assemblée nationale à Tsimbazaza et dans l’après-midi pour le Sénat à Anosikely. 

Observateurs et analystes se rejoignent à émettre le doute sur la certitude de la tenue selon la règle de l’art de cette Session. Des zones d’ombre pèsent. 

Compte tenu de l’importance cruciale du sujet à débattre, la Loi des finances rectificative, on n’est pas certain d’escompter sur le bon ou sérieux déroulement de la session notamment à Tsimbazaza. Dès le départ, en amont du processus, l’intérim fait débat. Ayant fait l’objet d’une double déchéance, Christine Razanamahasoa, députée élue à Amabatofinandrahana et présidente de l’Assemblée nationale, dut céder son poste d’élue et en même temps le perchoir. Il va falloir mettre en place l’intérimaire. Branle-bas-de combat au sein du Bureau permanent, le poste important en jeu suscite des convoitises. Le règlement intérieur veut que le poste vacant du perchoir revienne de droit au doyen des vice-présidents. Couac, ce dernier n’est pas du goût de la majorité présidentielle. Jean Jacques Rabenirina, député élu à Betioky (Sud), est un proche à Andrianasoloniaiko Siteny. Problème ! Mais, il faut respecter le règlement. Evidemment, on présume la lourdeur de l’ambiance qui prévaut à Tsimbazaza. Une séance solennelle présidée par un proche de Bohozatse, un frondeur,  indispose jusqu’au plus haut sommet de l’Etat.

Le début de la session ordinaire coïncide à un jour près avec le démarrage officiel de la campagne pour les législatives du 29 mai. Il se trouve que presque tous les députés actuels, membres du Bureau permanent y compris, sont candidats à leur propre succession. On imagine mal quel ordre de priorité va-t-on accorder ? Etre présent aux séances de Tsimbazaza ou être présent sur terrain ? Nul n’est pas sans savoir l’importance que représente l’assiduité aux réunions à Tsimbazaza et ce pour débattre sinon pour l’adoption de la Loi des Finances, une des missions prioritaires d’un élu parlementaire. A noter que la période de la campagne électorale empiétera toute la durée de la Session ordinaire. Problématique ! Au Bureau permanent il n’y que Aina Rafenomanantsoa alias Anyah, vice-présidente, députée du 3 ème Arrondissement, qui ne s’est pas re-présentée  pour le 29 mai. La question de taille qui se pose : « étant entendu cette cacophonie, une situation inédite, comment vont se dérouler les séances à l’Assemblée nationale ? L’examen du projet de loi relative à l’adoption de la Loi des Finances rectificative ne relève point de la plaisanterie ni d’un jeu d’enfant. Faudrait-on mettre en évidence que la loi des Finances conditionne le fondement du bon fonctionnement de l’Etat. Il n’est pas question de badiner sur ce sujet hautement crucial. L’absentéisme fréquent dont nos élus parlementaires détiennent le record absolu nuirait à l’image de cette Institution. On doute fort la nécessité de les reconduire à leurs postes !

A moins que le Gouvernement prenne, en ultime option, des dispositions pour « évacuer » Tsimbazaza. Il vaut mieux ainsi qu’une Session incertaine.

 

Ndrianaivo

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Les lobbyings agitent en coulisses
  • Eradication de la poliomyélite - Fy, jeune influenceuse et défenseuse des jeunes pour la vaccination
  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Secteur combatif
    Le tourisme, le fer de lance pour la relance de l’économie nationale, se trouve en tête de la ligne du front dans la bataille sans merci contre la malédiction, si on peut s’exprimer ainsi, qui semble s’éterniser. En effet, il faut batailler dur si l’on veut briser à jamais le blocage en béton gênant la remontada. En diapason avec le ministère des Transports et de la Météorologie, le département du Tourisme et de l’Artisanat, en tête de peloton, sous l’impulsion de l’inamovible ministre Randriamandranto Joël conduit en tandem avec le ministre Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald, le combat. En fait, les ministères du Tourisme et des Transports sont deux départements appelés à unir leur force dans un cadre de stratégie commune afin de coordonner les actions.

A bout portant

AutoDiff