Publié dans Editorial

Vitesse et non précipitation !

Publié le vendredi, 01 février 2019

« Agir vite » tel peut être, en substance, le mot d'ordre du nouveau locataire d'Iavoloha. Tout est priorité ! La population souffre de tous les maux et dans tous les sens. Sans attendre, il faut mettre en branle les opérations urgentes. L'ordre est donc donné aux nouveaux membres du Gouvernement d'enfiler le tablier, de retrousser les manches et travailler en chantier tout en se conformant aux recommandations de l'IEM en ce qui concerne son département.

Rajoelina Andry Nirina, le Président de la République, en bon leader, donne l'exemple. L'exemple vient d'en haut ! Sitôt après avoir été investi aux fonctions de Chef de l'Etat et en quelques jours seulement après la mise en place des membres du Gouvernement, il descendit sur terrain avec quelques ministres et des partenaires pour s'enquérir de l'état des lieux. Rajoelina choisit le Grand Sud où « tout est priorité », selon ses propres termes, pour commencer.

Les Régions du Sud-Ouest et de l'Androy, dans le « deep South », vont bénéficier les premières attentions du jeune Chef d'Etat, un haut dirigeant providentiel que le pays n'a jamais pu rêver en avoir. Il tient à honorer ses engagements et à faire preuve du sens de redevabilité. En effet, Zandry Kely a obtenu des scores les plus performants dans cette partie de l'île (le Grand Sud) : Beloha (Androy) et Ampanihy (Atsimo-Andrefana), localités où le candidat n° 13 a fait le plein durant le scrutin du second tour, le 19 décembre 2018. Des Communes rurales qui vivent dans des conditions difficiles, entre autres, la misère due aux conditions climatiques sévères, activités agricoles menacées par les intempéries, les infrastructures de base à l'état de délabrement avancé et l'insécurité préoccupante à cause des dahalo qui sévissent presque au quotidien. Sans attendre, le Président de la République débarque et prodigue les actions urgentes à entreprendre.

Dans chaque département, les nouveaux locataires font des pieds et des mains pour démarrer immédiatement les opérations de nature à rétablir la situation nationale du pays. L'échéance de douze mois, réparties en deux étapes de six mois, à laquelle le Chef de l'Etat ne transige point pèse telle une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

Seulement, il faut bien faire attention en ce sens que « vitesse ne rime pas avec précipitation ». Le risque de travaux bâclés, faits à la hâte, n'est pas à écarter. Le pays, en l'état actuel des choses, ne supporte pas de payer le tribut des actions mal conçues résultant des précipitations irréfléchies. Les responsables à tous les niveaux se doivent de prêter méticuleusement attention au peu de moyens notamment financiers dont on dispose et éviter à tout gaspillage. Etant dit l'urgence, il faut aussi bien gérer le temps. C'est une erreur monumentale si on doit reprendre à zéro une démarche quelconque, d'un stade déjà avancé, à cause d'une faute professionnelle normalement évitable.

Des indiscrétions émanant de certains agents de quelques ministères font état d'un ordre en haut lieu obligeant les subalternes de présenter d'urgence les résultats des travaux qu'on leur avait consignés. Par peur de sanctions, lesdits agents se précipitent et mais ils risquent de faire n'importe quoi !

Les patrons de chaque département doivent veiller à la loupe pour que la vitesse ne se confonde pas avec la précipitation.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff