Publié dans Editorial

Date butoir

Publié le mardi, 12 mars 2019

 Le dépôt de candidature pour les législatives du 25 mai est clos. La date butoir a été formellement fixée pour le 12 mars. Les Organes de vérification et d’enregistrement des candidats (OVEC), démembrements au niveau des Districts de la CENI), vont convoyer à Alarobia, les dossiers dûment vérifiés, à charge pour la dernière de les transmettre à Ambohidahy après compilations. Ayant le dernier mot, la HCC tranchera. Selon le calendrier affiché, la date de publication des listes définitives de candidats retenus se tiendra le lundi 19 mars 2019. Contre toute attente, les dépôts de candidature auprès des OVEC  s’étaient faits aux compte-gouttes du moins jusqu’à samedi 9 mars. Pour les 150 postes à pourvoir, on n’a enregistré que quelque 76 dossiers, 72 heures avant la date butoir. Et à 24 heures, il n’y a que 239 dossiers reçus.  Apparemment, y aurait-il un désintéressement général de la classe politique ou des citoyens autour de la charge d’un député ? Tout le monde aurait-il boudé Tsimbazaza ? En réalité, négatif ! Loin de là. Certainement le peuple, écœuré et las des comportements éhontés de certains élus de la précédente législature, se méfie et s’apprête à ne plus accorder un quelconque crédit à ce scrutin au cas où le même scénario se produirait. Qu’on ne se trompe point de l’apparence calme des dépôts de candidature !

A l’intérieur, dans les coulisses, c’est le branle-bas total, la surchauffe ! A l’abri des oreilles et des yeux indiscrets, on se bouscule aux premières loges. Des candidats mal famés aux dossiers bidons qui se dissimulent à l’intérieur des associations tentaculaires tentent, par tous les moyens, de séduire ou le pire, faire le forcing auprès des états-majors de la plate-forme politique proches du pouvoir. En effet, l’ARMADA, le groupement politique ayant fait le chemin depuis avec le TGV/MAPAR du leader Orange, enrichi par l’IRD (Isika rehetra any amin’ny distrika miaraka amin-dRajoelina) se donne le temps de scruter sinon trier attentivement les prétendants à Tsimbazaza. Et pour cause, les vacheries et les insanités de certains élus de la précédente mandature restent encore et toujours coincées entre les gorges. Le régime de Rajao, installé en 2014, n’ayant aucun député-élu émargé sous la couleur du HVM, courtisait pour débaucher des élus des autres formations politiques en particulier le MAPAR et le MMM. Par la magie des espèces sonnantes et trébuchantes, les barons aux cravates bleues réussissent à monter une « majorité ». Et à chaque adoption d’un projet de loi dont la portée impacte sur les intérêts supérieurs du régime, les mallettes et les tablettes firent leurs injonctions. La dernière en date qui précipitait, d’ailleurs, la chute de Rajao fut la « saga du Paon d’Or » lors de l’adoption des projets de loi relative aux régimes généraux des élections. L’autre énormité justifiant telles précautions concernait la violation abusive de l’Art. 72 par les barons du HVM en complicité ouverte avec la HCC. En fait, sous le poids de l’argent, le mandat impératif des députés fut littéralement écrasé, et cela, pour échafauder une « majorité » à la solde du régime. On n’est jamais trop prudent ! En dépit de l’approche imminente de la date butoir, l’IRD préférait attendre le dernier moment quitte à se rassurer sur les dossiers présentés
Ndrianaivo

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff