Publié dans Editorial

Malin piégé !

Publié le mardi, 09 avril 2019

En voulant être plus malin que le diable (devoly), Ravalomanana Marc finit par se faire piéger. Porté au pouvoir suite à de nébuleuses machinations 2002, Ravalomanana abusait du pouvoir d’Etat pour assouvir son « appétit insatiable », pour le compte des profits personnels. Il confondait le statut de Chef d’Etat à celui de PDG de Société, la caisse de l’Etat et celle de Tiko. Tous les marchés publics furent raflés, sans autres formes d’issues, par tous les démembrements du géant Groupe Tiko. Mais le malin Ravalomanana ne se contentait pas de « fondre » les biens de l’Etat avec ceux du Tiko, il accapare aussi les meilleurs terrains domaniaux du pays et s’appropriait des produits agricoles stratégiques. A Ambatondrazaka, les paysans rizicoles menaient la vie dure à cause des agissements du Groupe Tiko dans la région. A Andohatapenaka, périphérie immédiate de la Capitale, le Groupe par le biais de Tiko Agri avait acheté en 2008 un terrain de 8 ha 59 ca à … 5.000 Ar le mètre carré. Un terrain domanial que le malin Ravalomanana Marc enviait et ne se gênait point de se l’approprier
« honteusement » à des prix de brèdes (vidin’anana). Il abuse de son autorité de Chef d’Etat pour escroquer voire saccager le patrimoine national.


Seulement voilà, Ravalo semblait oublier qu’il ne restera pas éternellement au pouvoir et ne s’attendait jamais à ce que son mandat soit écourté. Et voilà le malin Président Ravalo se fera rattraper sinon piéger par ses propres turpitudes.  En 2009, les implacables contestations populaires avaient raison du régime TIM. Le Président de la République Ravalomanana Marc, contraint par un irrésistible élan populaire, présentait sa démission. L’homme  par qui la chute du régime devait avoir lieu, le jeune Maire de la Capitale, Rajoelina Andry, prenait les rênes de l’Etat. Quelqu’un que Ravalomanana faisait subir le calvaire en tant que Premier magistrat de la Ville. Et le chef de la Transition ne reconnaissait pas le droit à la propriété de Ravalo sur le terrain d’Andohatapenaka. La raison, le Contrat de vente ne tient pas debout. Effectivement, Zandry Kely avait fait construire l’hôpital « manara-penitra » et le terrain de rugby « Maki » sur le site. A l’arrivée du régime HVM à la direction du pays, la mésaventure de Ravalo s’aggrava. Le Contrat de vente relatif à la Propriété « Fahatsiarovana »  dont le Tiko Agri dispose a été purement et simplement annulé par le Gouvernement. L’Arrêté d’abrogation fut signé par le ministre Narson Rafidimanana (M2PAT), tout cela, pour permettre la  construction des infrastructures d’accueil pour le Sommet de la Francophonie (2016). La Seimad étant le nouvel acquéreur du site se chargera des travaux.
Au final, Ravalomanana ne possède plus aucun lopin de terre à Andohatapenaka. Vieux malin comme il est, l’homme abat ses cartes par la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) interposée. Les responsables de la Commune refusent catégoriquement de délivrer les permis de construire à l’intérieur du site de la controverse. Ravalo ne s’avoua pas vaincu mais jusqu’à quand !Les Municipales ne vont plus tarder, on ose espérer que les citoyens électeurs de la Capitale sauront faire la part des choses pour qu’un malin du genre Ravalo, piégé de ses propres pièges, ne puissent plus rôder  autour de l’Hôtel de Ville !

Fil infos

  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • Liaisons dangereuses !
    Sans vouloir aller trop loin pour décrypter l’œuvre épistolaire écrite par le français Pierre Choderlos de Laclos intitulée « Liaisons dangereuses » et publiée le 23 mars 1782 (Wikipédia), nous nous intéressons tout de même à certain parallélisme des faits. Dans la vie d’un ménage au sein de la petite famille, les tentations aux aventures ou à des liaisons extra-conjugales menacent à tout moment la solidité de la vie d’un couple et la cohésion familiale. Elles mettront toujours en danger l’avenir immédiat et à long terme de tous les membres de la famille (parents et enfants). Evitant de mettre les pieds dans la plate-bande des autres ou s’immiscer dans les affaires des directeurs des âmes ou des juges, nous nous limitons à dire que les liaisons dangereuses nuisent à la sérénité et à l’unité de la famille.Le parallélisme des faits entre la vie d’un couple au sein d’une famille avec…

A bout portant

AutoDiff