Publié dans Editorial

Malin piégé !

Publié le mardi, 09 avril 2019

En voulant être plus malin que le diable (devoly), Ravalomanana Marc finit par se faire piéger. Porté au pouvoir suite à de nébuleuses machinations 2002, Ravalomanana abusait du pouvoir d’Etat pour assouvir son « appétit insatiable », pour le compte des profits personnels. Il confondait le statut de Chef d’Etat à celui de PDG de Société, la caisse de l’Etat et celle de Tiko. Tous les marchés publics furent raflés, sans autres formes d’issues, par tous les démembrements du géant Groupe Tiko. Mais le malin Ravalomanana ne se contentait pas de « fondre » les biens de l’Etat avec ceux du Tiko, il accapare aussi les meilleurs terrains domaniaux du pays et s’appropriait des produits agricoles stratégiques. A Ambatondrazaka, les paysans rizicoles menaient la vie dure à cause des agissements du Groupe Tiko dans la région. A Andohatapenaka, périphérie immédiate de la Capitale, le Groupe par le biais de Tiko Agri avait acheté en 2008 un terrain de 8 ha 59 ca à … 5.000 Ar le mètre carré. Un terrain domanial que le malin Ravalomanana Marc enviait et ne se gênait point de se l’approprier
« honteusement » à des prix de brèdes (vidin’anana). Il abuse de son autorité de Chef d’Etat pour escroquer voire saccager le patrimoine national.


Seulement voilà, Ravalo semblait oublier qu’il ne restera pas éternellement au pouvoir et ne s’attendait jamais à ce que son mandat soit écourté. Et voilà le malin Président Ravalo se fera rattraper sinon piéger par ses propres turpitudes.  En 2009, les implacables contestations populaires avaient raison du régime TIM. Le Président de la République Ravalomanana Marc, contraint par un irrésistible élan populaire, présentait sa démission. L’homme  par qui la chute du régime devait avoir lieu, le jeune Maire de la Capitale, Rajoelina Andry, prenait les rênes de l’Etat. Quelqu’un que Ravalomanana faisait subir le calvaire en tant que Premier magistrat de la Ville. Et le chef de la Transition ne reconnaissait pas le droit à la propriété de Ravalo sur le terrain d’Andohatapenaka. La raison, le Contrat de vente ne tient pas debout. Effectivement, Zandry Kely avait fait construire l’hôpital « manara-penitra » et le terrain de rugby « Maki » sur le site. A l’arrivée du régime HVM à la direction du pays, la mésaventure de Ravalo s’aggrava. Le Contrat de vente relatif à la Propriété « Fahatsiarovana »  dont le Tiko Agri dispose a été purement et simplement annulé par le Gouvernement. L’Arrêté d’abrogation fut signé par le ministre Narson Rafidimanana (M2PAT), tout cela, pour permettre la  construction des infrastructures d’accueil pour le Sommet de la Francophonie (2016). La Seimad étant le nouvel acquéreur du site se chargera des travaux.
Au final, Ravalomanana ne possède plus aucun lopin de terre à Andohatapenaka. Vieux malin comme il est, l’homme abat ses cartes par la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) interposée. Les responsables de la Commune refusent catégoriquement de délivrer les permis de construire à l’intérieur du site de la controverse. Ravalo ne s’avoua pas vaincu mais jusqu’à quand !Les Municipales ne vont plus tarder, on ose espérer que les citoyens électeurs de la Capitale sauront faire la part des choses pour qu’un malin du genre Ravalo, piégé de ses propres pièges, ne puissent plus rôder  autour de l’Hôtel de Ville !

Fil infos

  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars
  • Lutte contre l’insécurité dans la Sofia - Le député Velontsara dénonce l’immixtion de politiciens
  • Maroc - Le retour des Marocains au pays facilité
  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud
Pub droite 1

Editorial

  • Le PAC fait-il peur ?
    Le Pôle anti-corruption (PAC) sème-t-il la terreur quelque part ? A en croire certaine manigance orchestrée autour d’une proposition de loi 01-2020 PL échafaudée et soumise à l’Assemblée nationale, on s’interroge légitimement. Modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n° 2016-021 portant règlementation du fonctionnement du PAC, elle inquiète.

A bout portant

AutoDiff