Publié dans Editorial

47 ans après !

Publié le vendredi, 17 mai 2019

Où en est-on ? Quel bilan pourrait-on dresser ? Le positif ou bien le négatif ? Autant de questions que l’on est en droit de poser quarante-sept ans après les évènements tragiques du 13 mai 1972. Difficile, très difficile de répondre par un simple signe «positif » ou par une simple indication « négatif ». Tout commençait par une modeste grève, à peine connue du public, des étudiants en Médecine de Befelatanana regroupé au sein de l’AEMP (Association des étudiants en Médecine de Befelatanana) en février 1972. L’AEMP revendiquait l’alignement en droit et en valeur avec les étudiants de la Faculté de Médecine d’Ankatso. En fait, le pays avait un système d’enseignement hybride. Pour le cas de la Médecine, il y avait « deux » types d’étudiants. Les étudiants de Befelatanana et ceux d’Ankatso. Les premiers, de l’Ecole de Médecine de Tananarive (Befelatanana) formant des médecins de l’AM (Assistance Médicale) de niveau 3ème de l’enseignement général pour seconder les médecins Vazaha. Un système hérité de la colonisation.

Tandis que les seconds, de niveau Bac, admis à la Faculté de l’Université et qui devaient poursuivre leurs études en France à la fin de la deuxième année d’étude. Après que le Gouvernement Tsiranana dissout l’AEMP le 24 avril, le mouvement de Befelatanana se durcit et atteignit les lycées de Tananarive et les étudiants d’Ankatso. Les revendications se radicalisèrent et prirent les allures culturelles, économiques  et politiques. On réclamait la malgachisation de l’enseignement et la fin du néo-colonialisme politico- économique. La rafle par les FRS des 400 étudiants grévistes, à Ankatso, au petit matin du 13 mai pour les déporter à Nosy Lava fut le tournant décisif du mouvement. Une grève générale s’ensuivit. Les étudiants et élèves investirent l’Avenue de l’Indépendance devant l’Hôtel de Ville. En tant qu’étudiant, votre humble serviteur y était parmi les manifestants. Des éléments des FRS réprimaient de façon sanglante. Ils ont tiré à balles réelles. Bilan : 26 morts dont 19 manifestants et 7 du côté des Forces répressives. Ce fut le tournant décisif précipitant la chute de Tsiranana. Quarante-sept ans après, quel bilan dressions-nous ? Sans la moindre hésitation, on pourrait avancer d’un bilan mitigé ! Certes, les Vazaha, enseignants et opérateurs économiques, ont plié bagage, cependant, les élites nationales prenant le relais n’ont pas su tirer profit de leur départ. Les nouveaux dirigeants ne parvinrent pas, et ce jusqu’à un passé récent, à capitaliser les opportunités qui se présentaient. La preuve, de 1972 jusqu’à nos jours, le pays ne cesse de dégringoler. L’économie nationale touche le fond et la malgachisation du système éducatif tant réclamée a été abandonnée à mi-chemin. Nos potaches jusqu’au niveau universitaire ne savent écrire ni lire le français autant que le malagasy. Tout simplement parce que les enseignants chargés de transmettre les connaissances ne maîtrisent pas non plus la langue d’enseignement (le français et le malagasy). On est là encore 47 ans après ! Fort heureusement qu’un jeune et patriote leader se lève et reprend le défi. Rajoelina Andry Nirina, le nouveau Chef d’Etat, s’engage à redresser le pays. A nous tous de le soutenir ! Il faut lui donner la chance effective de réaliser ses ambitions. Une majorité stable à l’Assemblée nationale lui sera d’une nécessité absolue !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff