Publié dans Editorial

De bonne guerre !

Publié le lundi, 20 mai 2019

Le combat sinon la course bat son plein. On ne se fait pas de cadeau. A la guerre comme à la guerre, à la course comme à la course. Le semi-marathon pour siéger à Tsimbazaza entame sa dernière ligne droite.  La campagne électorale pour le scrutin des Législatives prendra fin ce samedi 25 mai. Il reste donc cinq jours aux quelque 800 candidats à convaincre leur électorat. Les 151 concurrents qui arriveront premiers gagneront les trophées et porteront chacun et chacune l’honorable titre de « Député de Madagasikara ». Mais avant tout, il faut batailler dur ! Globalement, les concurrents se répartissent en deux camps ou deux fronts. Le premier, le camp soutenant les candidats proches du régime IEM, présentés par « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRMA). Ils couvrent les 119 Districts du territoire national. Le second, le camp que l’on pourrait qualifier d’adverse, regroupe les candidats de certaines formations politiques d’opposition et le reste, les indépendants, dont le nombre est d’une quantité écrasante complète le tableau. Ce second front où le nombre s’impose évidemment s’unit pour combattre ensemble (« tamba-be ») contre le premier camp. Mais dans un champ de bataille, le nombre n’est pas forcément un critère de victoire ! Il en faut d’autres comme, entre autres, la stratégie percutante ou l’image de la formation qui présente et surtout le soutien populaire comme étant l’atout crucial.


Les prétendants au sein du front « adverse » attaquent dans tous les sens ceux de l’autre ligne de démarcation. Tous les candidats sans distinction de l’IRMA encaissent des coups. Des affirmations mensongères. Des calomnies ridicules et sans fondement. Seulement, à la guerre comme à la guerre ! Pourvu que l’arbitre central ne l’ait pas repéré, tout est permis ! Et même s’il l’a vu, certains s’en moquent éperdument. Dieu sait si le directeur du jeu (la CENI) osera brandir le carton rouge.  Un vulgaire carton jaune ne dissuadera certainement pas ces « futurs losers ». En réalité, la peur bleue d’un échec général les angoisse trop et les pousse à commettre des bourdes non seulement grossières mais honteuses. Mais, pour leur part, les candidats d’en face, proche du pouvoir, ne se laissent point faire. Eh oui, à la guerre comme à la guerre ! De toutes les manières, c’est de bonne guerre. On réplique aux attaques. A peine débarqué à l’Elysée en mai 1981, Mitterrand dit un jour : « il est bon le pouvoir ». Après avoir galéré avec les deux lourdes défaites aux présidentielles, Mitterrand, l’éternel PS (premier secrétaire) du PS (parti socialiste), remporta enfin la victoire en 1981. Et il l’entendit la savourer ! Quand on a le pouvoir en main, l’essentiel de la bataille est assuré. Rajoelina Andry Nirina le dispose entre ses mains. Sans vouloir s’aventurer dans l’anti-jeu ou le comportement déloyal, le locataire d’Iavoloha pèsera la balance en faveur de ses poulains. C’est de bonne guerre ! N’importe quel Chef d’Etat ne négligera point de faire en sorte que sa formation politique gagne haut la main la victoire aux élections et cela sans forcément user de la tricherie. Macron fera tout pour que les candidats LR obtiennent le maximum de voix aux élections européennes.
Il n’y a rien à paniquer, c’est de la bonne guerre !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff