Publié dans Editorial

Etat riche !

Publié le vendredi, 20 septembre 2019

Ntsay Christian, le Premier ministre de consensus, dès le moment où il débarqua à Mahazoarivo, au palais de la Primature, jugea nécessaire l'assainissement de l'Administration. Dans le viseur du PM, le patrimoine de l'Etat dont le parc automobile se trouve, en premier lieu, en ligne de mire. Nanti d'une volonté politique inébranlable, le nouveau Premier ministre a eu le courage d'ouvrir la boîte de Pandore.

 

Nommé au poste Premier ministre, chef du Gouvernement, le 4 juin 2018, des suites d'une exécution de la Décision irrévocable de la HCC portant n°10-HCC/D3 du 25 mai 2018, Ntsay Christian atterrit à Mahazoarivo avec une intention précise de moraliser l'Administration publique. Rajaonarimampianina Hery, le Chef de l'Etat, acculé au mur n'en pouvait autrement que de se plier  au … diktat de la HCC. En tout cas, il n'a qu'à mordre son petit doigt ! C'est le résultat inéluctable de ces années de « bourdes » à répétition. Rajao et sa clique du HVM n'en font qu'à leur tête et multiplient les « bêtises ». Au final, Madagascar s'appauvrit et rejoint les rangs des pays miséreux de la planète.

A la surprise générale, la première décision de Ntsay en tant que PM fut d'ordonner l'usage systématique de la plaque rouge en lieu et place de la plaque noire à tout véhicule administratif. Le pot aux roses a été découvert et mis à la connaissance du public. Quelle surprise de savoir que l'Etat malagasy est riche ! Sur cinq voitures qui roulent sur la voie publique, au moins deux sont de plaques rouges. Et pas n'importe lesquelles ! Des Mercedes, des Toyota tout-terrain, des Peugeot, des Renault, pour la plupart des cas flambant neuf et de « dernier cri ». Des chefs de service jusqu'au sommet de l'échelle de l'Administration, on a droit en principe à un ou à plusieurs véhicules de fonction. Et jusqu'au moment où un certain Ntsay Christian prend les commandes, on peut imaginer facilement les abus ou même le pillage du patrimoine roulant de l'Etat et cela sans oublier les abus en carburant. Et tout cela, aux frais de la …princesse, de l'Etat ! Au fait, c'est le citoyen lambda qui paye ! Les dignitaires du pays sont loin du calvaire et du sacrifice vécus par la grande majorité de la population.

Au Canada, durant les années 80, au moment où le pays devait combler le déficit record du budget de l'Etat, les membres du Gouvernement allaient au travail en transport en commun. La loi de l'austérité impose aux décideurs la rigueur tout en ayant toujours le souci de réviser  à la baisse les dépenses publiques. Il faut avoir toujours dans la tête que la caisse de l'Etat est le fruit de la sueur des contribuables. Le moindre Ariary débloqué doit être suffisamment justifié.

Ndrianaivo

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff