Publié dans Editorial

Un Président compatissant

Publié le dimanche, 22 septembre 2019

Fait inédit. Du jamais vu dans les annales de l’histoire du pays qu’un Président de la République, jeune de surcroit, du haut de son luxueux palais compatit aux tourmentes de son peuple. Tel le conte de fée d’un jeune prince charmant qui sort imprudemment et en catimini de son palais royal et descend au bas de l’échelle pour vivre la misère de ses sujets. Surprise et joie de ces derniers ! Mais ce n’est qu’un conte et légende tout juste pour émerveiller les tout- petits ou bien pour les endormir !

 

Là c’est du vrai ! Lors du dernier Conseil des ministres, le Président Rajoelina donna des consignes strictes aux membres du Gouvernement à traduire en actes les engagements pris devant le peuple. Des engagements que lui-même avait juré de concrétiser dans le cadre des Velirano. Et au nom de la nécessité urgente de mettre en valeur  l’austérité, Rajoelina n’hésitait pas d’imposer des mesures incontournables. A savoir, la suppression des services dits « rattachés » dont la mission attribuée fait un doublon par rapport aux services déjà existants au sein du ministère de tutelle. Ensuite, il a décidé d’abroger le paiement des « indemnités spéciales » dont certains agents de quelques ministères bénéficiaient. On doit traiter sur le même pied d’égalité tous les agents de l’Etat. Enfin, le Président  dictait un ordre formel à tous les départements de réduire au maximum les dépenses publiques et cela pour ménager la fébrile caisse de l’Etat afin de pouvoir donner l’occasion à la mise en œuvre de grands travaux prévus dans l’IEM permettant ainsi d’améliorer la qualité de vie de la population.

Personnellement, jamais de mémoire d’homme, je ne me souviens pas  d’avoir pris connaissance depuis 1960  d’un Président de la République malagasy qui manifestait publiquement sa volonté de tenir  sa parole de …campagne. Je ne me rappelle pas non plus d’avoir entendu de la part d’un Chef d’Etat malagasy donner des ordres clairs à ses ministres de tenir compte de la vulnérabilité de la caisse publique et de serrer la ceinture. Que demande le peuple !

Feu Philibert Tsiranana, le père de l’Indépendance, de son air débonnaire tenait à réduire l’écart entre son statut de Président et les simples citoyens mais il n’avait pas tellement mené une bataille contre le « braquage » de la caisse publique. Les barons du régime PSD vivaient dans le luxe et l’abondance.

L’Amiral Didier Ratsiraka, totalement déconnecté des réalités du pays, s’enfermait dans son palais et se contentait des rapports souvent défigurés qu’on lui présentait. Il ne savait pas exactement l’intensité du malheur des Malagasy.

Feu Zafy Albert, le père de la démocratie, de par son « Madaraid », se rapprochait des gens mais il n’avait pas pris le soin de prendre des mesures concrètes  pour réduire la tourmente de son peuple.

Ravalomanana Marc ne jurait que pour l’épanouissement de son empire Tiko. Les intérêts de son peuple passèrent en second plan. De même, Rajaonarimampianina Hery, il ignorait la misère de ses concitoyens. Rien d’étonnant si tous ces anciens Chefs d’Etat cités en haut ont été chassés, d’une manière ou d’une autre, du pouvoir.

Rajoelina Andry Nirina, il entend corriger les erreurs et  se donner l’image réelle d’un Président compatissant aux douleurs de son peuple.

Ndrianaivo

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff