Publié dans Editorial

Le mariage des dupes !

Publié le lundi, 11 novembre 2019

Du leurre dans l’atmosphère. Le mariage d’Air Mad avec Air Austral tourne mal. La menace d’un divorce plane dans les airs. Le grand amour, prévu pour dix ans, n’aurait duré qu’un an et huit mois  et risque fort de voler en éclat. Air Mad, en pleine tourmente, fut à la recherche d’un partenaire stratégique. Les déboires des dirigeants successifs du temps de la Deuxième République jusqu’à  une époque récente, le régime HVM, ont porté des coups durs à la compagnie nationale Air Madagasikara. Au final, elle n’a pas survécu des erreurs de gestion à répétitions des tenants du pouvoir. L’Air Mad avec la JIRAMA tinrent, pour un certain temps, le rôle de « vache à lait » au profit de certains régimes aux abois. Elles servirent aussi à caser les proches. En 2014, à l’arrivée au pouvoir des hommes aux cravates bleues, le Chef de l’Etat Rajaonarimppianina Hery confia le succulent  poste de président du conseil d’administration (PCA) de l’Air Mad à un très proche ami de longue date, avocat de son état au barreau de Paris, Henry Rabary-Njaka. Poste occupé auparavant par le Grand argentier de la Transition, un certain Hery Rajaonarimampianina. Une nomination qui a, d’ailleurs, précipité la compagnie vers le ravin. En situation de cessation de paiement, la compagnie nationale Air Mad est clouée au tarmac ce qui déclencha la grève sans précédent du personnel, toutes tendances syndicales confondues. Soumis à une implacable pression de la part des grévistes, le PCA Rabary-Njaka fut contraint de déposer la démission. Ainsi, la machine de la compagnie ne pouvait plus « tourner ». Elle a du plomb sous les ailes.

Le nouveau PCA en la personne de Léon Rajaobelina se trouva obliger de chercher un partenaire stratégique de nature à pouvoir faire re-décoller l’Air Mad. Un appel à manifestation d’intérêt fut lancé. Des compagnies aériennes de transport régional se sont manifestées, entre autres, l’Ethiopian Air lines ou Turkish Air Line. Mais les décideurs au pouvoir hésitèrent à donner suite à leurs offres. Plutôt, ils ont prié l’Air Austral (La Réunion), une autre compagnie régionale, d’accepter le partenariat avec l’Air Mad. Une offre que la compagnie réunionnaise ne voulait pas rater. Ainsi donc, l’union pour la vie d’une durée de dix ans a été pactée.  La noce fut célébrée en grande pompe en février 2018 à Paris. L’Air Austral représenté par son PDG Marie Joseph Malé et l’Air Mad par son PDG Roland Besoa Razafimahaleo ont signé l’ « acte du mariage ». La feuille de route comportant la teneur du partenariat stipulait l’apurement par l’Etat malagasy du passif d’Air Mad pour un montant de 88 millions de dollars contre un apport de 40 millions de dollars pour Air Austral. Seulement, à partir du moment où Air Austral devient actionnaire à hauteur de 49%, il doit encore verser dans la caisse de la compagnie malagasy la somme de 35 millions de dollars. En réalité, elle n’a versé que 15 millions de dollars. D’où l’origine de la discorde. Les observateurs semblent flairer qu’il y a quelque part un parfum ou une odeur de leurre. L’Air Austral manquait à son engagement tout juste à un moment où le besoin se fait sentir urgemment chez Air Mad. Serait-elle victime d’un mariage de dupes ?

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff