Publié dans Politique

Risque de contamination carcérale par le COVID-19 - La décongestion des prisons comme option

Publié le mardi, 07 avril 2020

Retour à la charge ! Après de nombreuses interpellations, Amnesty International relance sa requête en vue d'accélérer le processus de désencombrement des prisons malagasy et ce, dans le cadre de la lutte contre la propagation du COVID-19 en milieu carcéral. Dans une déclaration, cet organe international appelle ainsi l'Etat à prendre les mesures nécessaires dans ce sens, notamment par la libération des prévenus qui n'ont pas commis de crimes graves et qui font pourtant l'objet d'une détention provisoire. Il en est de même pour les prisonniers vulnérables qui pourraient facilement attraper le virus comme les personnes âgées.

A priori, les nombreuses mesures prises pour prévenir que le coronavirus n'atteigne les cellules, à l'exemple du nettoyage et la désinfection des maisons de détention, la surveillance des températures corporelles pour les agents pénitentiaires et les détenus, ne seraient pas suffisantes pour protéger les prisonniers.

Inquiétude 

Amnesty international se réfère à son rapport de l'année 2018 qui souligne que la majorité des prisons malagasy comptent trois fois voire dix fois plus de prisonniers par rapport à leur capacité d'accueil. A cela s'ajoutent les conditions de détention qui vont à l'encontre des droits de l'homme selon le même rapport. Récemment, des familles de détenus n'ont pas caché leur inquiétude face aux risques de contamination carcérale par le coronavirus en cette période de forte propagation de la pandémie. 

Dégager de la place au niveau des prisons est même devenu une des principales mesures sanitaires adoptées par certains pays du continent africain à l'instar du Sénégal où une prison sise à Dakar a été entièrement libérée. Tous les  prisonniers ont été transférés, y compris les détenus politiques dont l'ancien président tchadien Hissène Habré qui a bénéficié d'une détention à domicile dans son lieu de résidence pour une durée de 60 jours avant de retourner en prison. L'endroit a par la suite été transformé en un service sanitaire destiné à accueillir des prisonniers malades du COVID-19. 

S.R.

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff