Publié dans Politique

Comité « Loharano » - Des points à clarifier

Publié le jeudi, 16 avril 2020

Le dispositif « Loharano », dont la création a été annoncée par le Président Andry Rajoelina le 5 avril, a pour but de rendre plus fluide et plus efficiente la gestion de la crise sanitaire de coronavirus à la base. Il s'agit de fait d'une structure ad hoc de proximité mobilisant des personnes de bonne foi au niveau des Fokontany. La situation d'exception justifie sa mise en place définitive qui devrait être effective cette semaine, notamment dans les trois Régions qui concentrent les cas positifs de contamination. Selon des hauts responsables gouvernementaux, le comité sera appelé à jouer un rôle indispensable dans le processus de développement à la base une fois le pays viendra à bout du virus et de ses méfaits.

Le fonctionnement pratique du nouveau type de comité associe à la fois élus comme députés, maires… (mais bizarrement sans les sénateurs) et responsables étatiques comme ministres, préfets de police, préfets, chefs de district, délégués d'arrondissement, chefs de Fokontany et chefs de quartier. Ce sont pourtant des catégories qui ont chacune des textes clairs régissant leurs attributions respectives. En somme, c'est tout l'Etat du sommet à la base.

Frustrations

Le comité est un peu le fruit d'un mélange composite. La création et l'entrée en fonction du comité se font en douceur pour les uns tandis que des controverses entachent le processus pour les autres. Mais le ton commence à hausser de façon sporadique dès la toute première semaine de son existence. De ce fait, des éclaircissements supplémentaires sont nécessaires pour aplanir les discussions.

Personne ne s'oppose en effet à la mise en place du comité en ce temps d'urgence sanitaire. La logique du « vonjy rano vaky » est de mise pour l'heure. Mais viendra le moment où la présence du comité aux côtés des structures étatiques existantes sera source de grandes frustrations des élus communaux et municipaux. Le risque de voir le comité « Loharano » doubler les collectivités territoriales décentralisées dans leur mission de développement à la base est élevé.

Les élus locaux, en tant que tels, ont fait des investissements pour conquérir leurs sièges tandis que les membres constitutifs du comité sont des personnes triées à la volée. Ce serait là un des points de discorde probables qui serait devenu une source de friction bloquant sinon gênant le fonctionnement des espaces de concertation.

Férus conseillers

En réalité, les fonctions attribuées au comité présentent beaucoup de similitudes à celles des structures locales de concertation présidées par les maires au niveau communal et les chefs de Région ou gouverneurs au niveau régional qui ont préalablement reçu l'aval des conseils. Les dispositions du décret 2015-957 du 16 juin 2015.

L'escouade de conseillers juridiques ou politiques aux alentours du Président de la République, ceux à la Primature et notamment les nombreux administrateurs-civils aux connaissances pointues en matière d'administration territoriale au ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation se doivent de se consulter d'urgence pour élaborer un texte régissant le comité « Loharano » qui n'a pas de base légale jusqu'à nouvel ordre.

C'est justement ce vide juridique qui favorise les brouhahas actuels. Ceux-ci menacent d'être encore plus tapageurs à la longue tant que le statu quo persiste.

M.R.

Fil infos

  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale
  • Programme de formation GRASP - Treize Malagasy parmi les 50 africaines sélectionnées
  • Viols sur mineurs - Des chiffres effrayants officialisés
  • JIRAMA - Ambatondrazaka exige du sérieux
  • Actu-brèves
  • Affaire Romy Andrianarisoa - Fanirisoa Ernaivo et consorts dépités

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Coupable
    Romy Voos Andrianarisoa est reconnue coupable. Le jury du tribunal de South-wark Crown Court de Londres a retenu la charge contre elle et son associé Philippe Tabuteau. Le verdict aura lieu le 18 mars prochain. Selon la loi britannique, elle encourra une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans.Romy Voos Andrianarisoa et Philippe Tabuteau ont été interpelés à Londres pour une affaire de corruption. Pratiquement d’une tentative d’extorsion d’argent d’un montant de 310.000 dollars auprès de Gemfields, une société britannique spécialisée dans l’extraction de rubis et d’émeraude. En plus, ils cherchaient à obtenir une participation de 5% dans la filiale exploitant des mines à Madagasikara. Le tout, assorti de licences minières. La sulfureuse affaire éclaboussant l’ancienne directrice auprès de la Présidence, au point de la faire chuter, ayant fait couler beaucoup d’encre et déclencher vainement des spéculations hâtives et hasardeuses, conduit les observateurs à se poser des questions. Des questionnements…

A bout portant

AutoDiff