Publié dans Politique

Lutte contre la propagation du coronavirus - Des mesures draconiennes pour Analamanga

Publié le dimanche, 05 juillet 2020


Fermeté. Voilà ce qu’il faut retenir de l’intervention télévisée des membres du Gouvernement hier dans la soirée. Cinq ministres du Gouvernement Ntsay Christian se sont succédé sur le plateau de la télévision nationale pour annoncer la stratégie de riposte du Gouvernement face à la recrudescence des nouveaux cas de contamination au coronavirus. Lors de ces déclarations successives, les membres du Gouvernement ont donné des précisions concernant les conditions et le déroulement précis des mesures annoncées à l’issue des deux rounds de Conseil des ministres, samedi et hier, à savoir notamment le reconfinement total de la Région d’Analamanga. Des mesures qui s’annoncent ainsi draconiennes afin de stopper la propagation du virus.
Au niveau global d’abord, il a été annoncé l’opérationnalisation à partir de ce mercredi d’une plateforme digitale qui servira de base de données permettant de faire le suivi des malades symptomatiques ; qui facilitera le suivi des stocks de médicaments, et des matériels médicaux ; et qui permettra également le suivi de la capacité d’accueil et de prise en charge. Outre les Centres hospitaliers universitaires, les Centres hospitaliers régionaux et les centres dédiés, les Centres de santé de base pourront dorénavant accueillir des malades du Covid-19. Le Gouvernement est également ouvert à la possibilité de partenariat avec les cliniques privées pour l’accueil et prise en charge des cas confirmés de coronavirus. Afin de protéger le personnel de santé, le ministre annonce la mise en place d’un comité de gestion des Equipements de protection individuelle au niveau des différents centres de prise en charge des malades du coronavirus et annonce la dotation de primes pour les agents de santé.
Interdiction de tout rassemblement
Le respect des gestes barrières et la distanciation sociale devront être accompagnés obligatoirement du port de masque dans toutes circonstances. Il a en outre été annoncé l’interdiction de tous les rassemblements sans exception, même ceux de moins de cinquante personnes, le maintien de la suspension des manifestations culturelles et sportives, la suspension des activités d’enseignement. Sur ce dernier point, la date des examens officiels seront communiqués possiblement à la fin des quinze jours de confinement total dans cette Région. Aucune coupure de l’approvisionnement en eau et en électricité ne sera opérée durant cette période.
Au chapitre de la circulation, il a été indiqué qu’aucune autorisation de circulation ne sera accordée comme ce fut le cas lors du premier confinement total de la Région. Les Tananariviens sont invités à ne sortir que pour des besoins impérieux. Les secteurs issus des services essentiels, à savoir les secteurs du ravitaillement, eau et énergie, santé, service vétérinaire, transport essentiel, poste et télécommunication, radiodiffusion et télévision, service de la voirie, banque, justice, affaires étrangères, Intérieur, défense nationale, économique et finances, élevage et pêche, eau et forêt, pourront continuer leurs activités. Il a été en outre précisé la liberté de circuler pour les journalistes, sur présentation de la carte professionnelle. Il a été précisé que toutes les activités devront prendre fin à midi.
Distribution gratuite du CVO
Au chapitre social, le retour de l’aide sociale Vatsy Tsinjo et le retour des opérations de distribution du tambavy CVO, dont les bénéficiaires prioritaires seront les 1er et 5e Arrondissements de la Capitale, qui comptent le plus de cas confirmés de contamination.  Réagissant aux critiques sur l’efficacité de ce remède, la ministre indique que 90 à 95% des patients traités par le CVO ont été guéris.
Le contrôle et le suivi  de l’application des mesures seront renforcés. Depuis que des sanctions de Travaux d’intérêt général ont été annoncées par le Gouvernement, 31 158 personnes ont été sanctionnées. Le numéro Un de la Gendarmerie annonce que les contrevenants seront dorénavant verbalisés et placés en cellule en cas de récidive. Parlant de transport illicite de personnes, le Général prévient que les véhicules pourront être placés en fourrière. Le retrait de permis de conduire et l’éventuel retrait de la licence pour les transporteurs, en cas de récidive, ont été avancés. Par rapport à d’éventuels cas de corruption, le Général annonce la possibilité d’ouverture de procédure pénale pour corruption et extorsion de fonds à l’encontre des Forces de l’ordre.
Ouverture des commerces essentiels 
Les véhicules particuliers sont autorisés à circuler jusqu’à 14 heures. Les motocyclettes ne pourront transporter que leur conducteur. Les véhicules de transport de personnes ne pourront accueillir que deux personnes par banquette.  Les transports en commun sont suspendus. Exception faite des taxis qui seront autorisés à circuler uniquement pour des raisons sanitaires. Les véhicules de particulier pourront circuler jusqu’à 14 heures, à raison de trois personnes par véhicule.  Les camions de marchandises issus de la RN2 ne pourront embarquer qu’une autre personne en plus du conducteur. Dans la Région d’Analamanga, le nombre de passagers par camion est limité à deux personnes et uniquement après 14 heures.
Il est également rappelé qu’un couvre-feu est instauré de 20h à 4h du matin, dans la Région. L’évacuation sanitaire, par voie routière, est autorisée sous certaines conditions. Les évacuations sanitaires par voie aérienne, le rapatriement et le cargo sont libres.  Il a été annoncé l’interdiction de sortie de la Région d’Analamanga pour les dépouilles mortelles.
La ministre de l’Industrie invite les entreprises à opter pour le télétravail. Néanmoins, un service minimum sera instauré au niveau de la Fonction publique. Une opération de désinfection globale des lieux de travail et des bureaux administratifs sera menée.
Les marchés seront ouverts jusqu’à midi et seront ensuite désinfectés systématiquement.  Les commerces et les services essentiels, les pharmacies, les stations d’essence, les banques, les entreprises du secteur de l’eau et de l’électricité, ceux de la téléphonie et télécommunication, les épiceries, les grandes surfaces, les magasins d’alimentation générale, peuvent ouvrir leurs portes. De même pour les entreprises de confection de masque, de gel et d’huile essentielle. A contrario, les quincailleries, centres commerciaux, magasins d’électroménagers habillements, food-court, restaurants, bars,  salles de sports, doivent fermer leurs portes. Pour rassurer la population, le ministère du Commerce annonce la mise en place d’un taskforce pour contrôler les prix au niveau des commerces.
 
La Rédaction

Fil infos

  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !

La Une

Editorial

  • Du bluff à la farce
    De qui se moque-t-on ! Dans ce beau pays qui est le nôtre, on se permet de mener en bateau le peuple. Et cela, sans aucun souci ni respect d’autrui. A Madagasikara, certains acteurs de la vie politique nationale foulent aux pieds les principes de base de l’éthique politique. Coup de bluff ! Les membres du RMDM persistent et signent pour la tenue d’une consultation nationale prévue pour le 10 août. Jusque-là, rien de répréhensible dans la mesure où dans une République respectant le minimum de la démocratie, on ne jette pas des bâtons dans les roues de la liberté de réunion et d’expression. Chaque citoyen jouissant pleinement de ses droits civiques peut librement exprimer son opinion. Ainsi, la liberté de presse, à titre d’exemple, est une chose vécue au quotidien à Madagasikara surtout à l’avènement de ce régime issu des élections libres à partir de 2018.Seulement voilà, dans le…

A bout portant

AutoDiff