Publié dans Politique

Organisation des Jeux des îles de l'océan Indien 2023 - La candidature malagasy discréditée par les « zalous »

Publié le mercredi, 21 octobre 2020

Au lendemain de l'annonce du président du Comité Olympique malagasy (COM) de la disponibilité de Madagascar pour organiser l'édition 2023 des Jeux des îles de l'océan Indien (JIOI), des attaques virulentes pleuvent.  L'organisation est prévue initialement aux Maldives mais leur ministre des Sports a déclaré d'une manière officielle, avant-hier, le désistement de son pays. Madagascar a déposé sa candidature pour 2023 mais le Conseil international des Jeux (CIJ) ne l'a pas retenue en 2019 pour diverses raisons. La majorité des pays membres à l'époque ont octroyé aux Maldives l'organisation de 2023, une grande première pour le pays.

Avec ce retrait officiel des Maldives, Madagascar est en bonne position pour recevoir ce rendez-vous quadriennal des sportifs de l'océan Indien et possède tous les atouts. Néanmoins, il faut attendre la position et déclaration officielles de l'Etat avant d'avancer dans ce projet. Bien que les dirigeants malagasy n'aient encore rien dit sur leurs ambitions, voilà que des voix venant des journalistes de la région commencent à se faire entendre pour essayer de porter un coup à cette candidature de Madagascar. Elles évoquent comme argument l'existence du Kere dans le sud pour enlever à Madagascar l'organisation des JIOI 2023. Ce fléau pourtant a miné depuis des décennies et la Grande île mais n'a jamais constitué un obstacle à l'accueil des manifestations sportives internationales à l'instar des JIOI en 2007. A l'époque pourtant, le Kere avait atteint son summum. Le régime actuel d'ailleurs élabore des projets pour éradiquer à jamais cette famine qui guette tous les ans la population du sud. Et en 2023, plus d'un espère qu'elle sera anéantie ou du moins réduite considérablement.

 A part cet argument, les détracteurs de la candidature malagasy n'ont rien à mettre sous la dent. Effectivement, de toutes les éditions des JIOI, celles qui se déroulaient à Madagascar ont été les plus populaires et parvenaient à rameuter les spectateurs. Une festive jamais égalée par les îles sœurs. Les infrastructures sportives constituent également le lot des atouts de Madagascar à l'instar du stade des Barea d'une capacité de 60.000 spectateurs, du Palais des sports de Mahamasina, et bien d'autres dont certaines sont encore en cours de construction. Il se pourrait que les rencontres des autres disciplines se déroulent en dehors de la Capitale mais ce qui est sûr c'est que l'engouement des spectateurs reste le même.

Contrairement à l'île de La Réunion ou les Seychelles, où la totalité des frais de visa à débourser équivaut aux frais de transports d'une trentaine de personnes, Madagascar est en mesure d'offrir la gratuité dans ce domaine, ne serait-ce que pour les sportifs.

Ces avantages de Madagascar sont malheureusement occultés par les détracteurs qui, à travers leurs récits, voudraient désigner, sans oser le faire, le pays hôte de leur choix pour organiser l'édition 2023 des JIOI.

Rata

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff