Publié dans Politique

Dépenses inutiles - L'Assemblée nationale sous le feu des critiques !

Publié le mercredi, 21 octobre 2020

La session budgétaire au niveau des deux Chambres du Parlement a officiellement débuté, mardi dernier. Ainsi, les yeux des observateurs de la vie nationale seront rivés sur ces deux Chambres durant les 4 semaines à venir. Dès ce début de session, l'Assemblée nationale fait déjà beaucoup parler, notamment à cause de la tenue de la session au Centre de conférence international d'Ivato alors que l'Etat d'urgence sanitaire est déjà levé. Depuis le début de l'épidémie de la Covid-19, qui a frappé le pays à partir du mois de mars, les députés ont troqué l'hémicycle de Tsimbazaza contre le Centre de conférence international (CCI) à Ivato pour pouvoir respecter les mesures barrières.

Cet endroit avait alors accueilli deux sessions du Parlement durant la crise sanitaire : la session ordinaire au mois de mai dernier et celle extraordinaire à la mi - août jusqu'au mois de septembre. Jusque-là, cette disposition fut alors compréhensible.

Aujourd'hui, plus d'un se demande pourquoi tenir encore la réunion à Ivato alors que le pic de l'épidémie a été déjà dépassé depuis longtemps et la fin de l'Etat d'urgence a même été annoncée par le Président de la République, dimanche dernier. De plus, la présidente de la Chambre basse, Christine Razanamahasoa elle - même avait évoqué dans son discours, lors de la cérémonie de clôture de la session extraordinaire le 3 septembre dernier, que ses homologues parlementaires devraient regagner le palais de Tsimbazaza lors de la prochaine session.

Une manne pour les détracteurs

Faut - il rappeler que l'organisation d'un évènement où d'une réunion au CCI Ivato n'est pas sans coût. L'endroit étant en gestion privé, les frais de location dans ce sens seront donc mis sur le dos des contribuables. Renforcer les mesures sanitaires et regagner le palais de Tsimbazaza n'aurait - il pas été plus convenables au lieu d'engager des dépenses considérées comme « inutiles » ? Qui plus est, l'Assemblée avait déjà pris des précautions en effectuant une série de dépistages massifs des membres de son personnel au cours de la crise sanitaire.

A ce choix d'un lieu onéreux pour la tenue de la session budgétaire vient s'ajouter   l'organisation d'un cocktail fastueux à l'issue de la cérémonie d'ouverture qui a généré de nombreux critiques de la part des simples citoyens sur les réseaux sociaux. Les détracteurs du régime n'ont d'ailleurs pas raté l'occasion de partager des photos de parlementaires se régalant au moment  dudit cocktail, d'une part, et ceux des victimes du Kere dans le sud, d'autre part. Des critiques formulées à juste titre lorsqu'on sait que le pays vient de sortir d'une crise sanitaire douloureuse et les habitants du Grand Sud, frappés de famine, peinent à trouver de quoi se nourrir. Rappelons que le Président Andry Rajoelina avait annulé l'habituel buffet donné dans le cadre de la cérémonie de présentation de vœux à Iavoloha au début de l'année pour des raisons de politique d'austérité.  En tant qu'élus et représentants du peuple, les parlementaires devraient suivre le même exemple !

Sandra R.

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff