Publié dans Politique

Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum

Publié le mardi, 27 octobre 2020

Le Président de la République Andry Rajoelina a promulgué le 1er septembre dernier la nouvelle loi sur la communication médiatisée. Celle-ci gère depuis les acteurs dans ce domaine à Madagascar. Comme elle l'avait promis aux journalistes lors de la restitution nationale au Carlton l'année dernière, la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, a défendu au Conseil du Gouvernement et Conseil des ministres que l'avant-projet de loi élaboré à partir des consultations régionales ne soit pas modifié. C'est chose faite mais c'est au niveau des Parlements que des changements ou rectifications ont eu lieu.

C'est ce qu'a maintes fois expliqué la ministre durant les tournées de présentation de la nouvelle loi sur la communication médiatisée aux principaux acteurs tant à Mahajanga, Toamasina et Fénérive-Est. C'est effectivement dans ces dernières localités que l'équipe du ministère de la Communication et de la Culture a rencontré les journalistes, les magistrats ainsi que les Forces de l'ordre pour leur expliquer cette nouvelle loi. La ministre a profité de l'occasion pour remettre à ces acteurs le livret renfermant l'intégralité de la loi sur la communication médiatisée.

Quelques points revenaient à chaque rencontre, entre autres la dépénalisation, l'autorisation octroyée aux journalistes de rapporter les débats à huis clos et la couverture nationale des médias audiovisuels privés. 

« Si demain des journalistes seront encore gardés à vue ou pire emprisonnés pour leurs écrits, reportages ou autres, je serai la première à se lever pour les défendre », tonne l'ancienne chroniqueuse politique, leader du Mouvement pour la liberté d'expression (MLE). Elle a martelé que l'emprisonnement des journalistes pour délit de presse est désormais révolu. Les gens des médias se souviennent des mésaventures des confrères, Jean Luc Rahaga et Didier Ramanoelina, placés en détention préventive à Antanimora à l'époque de Hery Rajaonarimampianina pour diffamation à travers la presse suite à la plainte de Rivo Rakotovao. Pour ce genre de délit, la nouvelle loi exclut toute forme d'emprisonnement en favorisant les amendes ou sanctions financières. « Mais entendons-nous bien. Les journalistes peuvent être poursuivis au pénal pour des infractions de droit commun. Soit des fautes commises qui n'ont rien à voir avec le journalisme. Il en est de même pour les publications sur les réseaux sociaux bien que l'auteur soit un membre des médias. Le statut de journaliste se limite à des écrits ou reportages réalisés sur des supports en règle vis-à-vis de l'administration malagasy »,  précise la ministre Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy.

Concernant le débat à huis clos, la Haute Cour constitutionnelle (HCC) a tranché en donnant raisons aux journalistes qui ont demandé d'extirper l'interdiction dans la nouvelle loi. D'après la HCC, le huis clos devrait être l'exception et ne doit concerner à titre d'exemple que les débats sur  la sécurité nationale.

La couverture nationale tant souhaitée par les médias privés est acquise une fois le basculement vers la télévision numérique terrestre  (TNT). Ce basculement exigé au niveau international est en cours de finalisation pour Madagascar. Néanmoins, stipule la ministre, les opérateurs dans l'audiovisuel ont le choix d'entrer ou non, en fonction de leur stratégie, dans le bouquet de la TNT.

Le ministère de la Communication et de la Culture reprendra d'ici peu son bâton de pèlerin pour présenter cette loi tant attendue aux acteurs dans d'autres Régions.

La Rédaction

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff