Publié dans Politique

Lutte contre la Covid-19 - La communication, arme absolue utilisée par l’Etat

Publié le jeudi, 29 octobre 2020

Lors de son dernier rendez-vous bimensuel avec la population sur les stations audiovisuelles du pays, Andry Rajoelina a fait le bilan des sept mois d’état d’urgence sanitaire dans le pays. Le Président de la République a alors estimé que les stratégies menées par le pays pour lutter contre l’épidémie de covid-19 ont porté ses fruits, parlant notamment des actions de communication menées lors de l’introduction du virus dans le pays. Il faut dire en effet que la communication a été l’arme absolue de l’Etat dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Sous le lead du ministère de la Communication et de la Culture, une vaste stratégie de communication a été entreprise durant toutes les phases de la gestion de la crise du coronavirus.

Dès la phase pré-Covid et la phase de réponse à la crise, le Gouvernement a communiqué fréquemment avec la population. Faut-il ainsi rappeler que le Président de la République s’est adressé de manière quotidienne, puis tous les deux jours ensuite bimensuelle à la population au bout des quinze premiers jours de l’état d’urgence dans le pays. Il s’est adressé sur les chaînes audiovisuelles publiques pour donner des réponses aux questions de la population et pour apporter du réconfort mais aussi pour parler des mesures instaurées pour lutter contre la propagation de la maladie. Ces émissions étaient reprises par l’intégralité des stations audiovisuelles du pays qui ont fait l’objet d’une réquisition de la part de l’Etat durant les sept mois qu’a duré l’état d’urgence sanitaire dans le pays. Il en est de même lorsque le porte-parole du Centre de commandement opérationnel, le Professeur Hanta Marie Danielle Vololontiana a rendu compte de manière quotidienne des chiffres concernant l’évolution de la situation épidémique, sur les stations audiovisuelles du pays. Les émissions journalières ont, depuis quelques semaines, laissé la place à des émissions hebdomadaires.  C’était une manière de faire preuve de transparence. Les ministres, les directeurs généraux, les spécialistes, ont très souvent pris la parole pour apporter des explications sur des sujets de préoccupation de la population. Durant cette période où l’incertitude et les fausses informations ont, à un moment, fusé de toutes parts, l’Etat s’est positionné en tant que source fiable. Les informations ont été lâchées progressivement pour permettre à la population de digérer et de se préparer aux évolutions de la situation. Pour ne citer que la fermeture du ciel aérien malagasy, le confinement, l’obligation de port du masque, le déconfinement progressif. L’Etat a ensuite communiqué autour de la reprise, notamment autour des aides sociales aux victimes des mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Une communication générale qui a contribué à mieux assurer l’adhésion de la population.

La rédaction

Fil infos

  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…
  • Sénat - Des dons pour le personnel de santé et les patients
  • Vaccins anti-Covid - Que cela soit facultatif et non obligatoire !
  • Haute Cour constitutionnelle - Florent Rakotoarisoa élu président à l’unanimité
  • Exploitation de béryl à Amparafaravola - Suspendue depuis mercredi

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • « Rends à César… ! »
    « Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! » En retour à une question « Maitre, doit-on payer des impôts et des taxes à César ? » On ne s’attendait guère à ce que le maître Jésus allait répondre ainsi. Une douche froide ! Les Juifs, étant sujets de l’empire romain, croulaient au même titre que les autres sous le poids des impôts et des taxes divers exorbitants que le tyran de Rome prélevait. Ainsi, ils espéraient avoir à travers la réponse de Jésusun signe de compassion ou plutôt une incitation à la désobéissance à l’autorité de l’empereur. Négatif, il faut rendre à César ce qu’on lui doit !Au-delà du débat inédit du dimanche (2 mai 2021), force est de reconnaitre que les tenants du régime se sont pliés en quatre et cela pour le besoin de la transparence, de…

A bout portant

AutoDiff