Publié dans Politique

Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité

Publié le vendredi, 20 novembre 2020

Alarmante. A la date du 17 novembre 2020, 1594 sociétés exportatrices et 1660 sociétés importatrices sont en situation irrégulière par rapport au rapatriement de devises, selon le ministère de l'Economie et des Finances. Dans le contexte économique où l'euro vaut 4545 ariary et le dollar à 3844 ariary, le Gouvernement tente de stabiliser la monnaie nationale. Dorénavant, le compte de ces opérateurs dans le Système intégré de gestion des opérations de change (SIG-OC) est bloqué jusqu'à nouvel ordre.

« Ces opérateurs se sont déjà engagés à rapatrier la totalité de leurs devises. Mais ils spéculent sur l'ariary. Au lieu d'injecter directement l'argent sur le Marché interbancaire de devises (MID), ils attendent une dépréciation de la monnaie nationale avant de l'échanger. Et ce, pour tirer des bénéfices. Ce qu'ils ignorent c'est que ce comportement impacte le taux de change. 

C'est pour cette raison que le ministère de tutelle suspend temporairement l'accès des opérateurs irréguliers à leur compte SIG-OC. Lorsque ce dernier est bloqué, les exportatateurs et importateurs ne peuvent plus effectuer des échanges commerciaux au reste du monde», explique Ihaja Ranjalahy, directeur général (Dg) du Trésor, hier à l'Assemblée nationale Tsimbazaza. 

D'après toujours le Dg, une opération de sensibilisation a été menée depuis le début du mois de novembre. 51 sociétés ont fait preuve d'initiative pour régulariser leur situation et 791 domiciliations d'exportation sont apurées depuis. 

« Nous avons rappelé à l'ordre les opérateurs. Cette action nous a déjà permis d'injecter 11 millions de dollars sur le MID. Nous allons poursuivre cet effort dans le but de revaloriser l'ariary », poursuit-t-il. 

A rappeler que durant l'état d'urgence sanitaire, le Gouvernement a levé les sanctions liées au retard et non-rapatriement de devises au profit des sociétés exportatrices ayant atteint un taux de rapatriement de 80%. Une mesure qui a quand même entraîné un manque à gagner de près de 9 millions de dollars, selon un responsable auprès du Trésor. Par ailleurs, aucune suspension d'accès au logiciel des opérations de change n'a eu lieu pendant cette période. Vu le retour à la normale des actvités, les opérateurs disposent jusqu'à fin novembre pour se conformer à la loi en vigueur. Le code des changes indique que les opérateurs disposent 90 jours pour rapatrier 90% de leur recette. Les 10% peuvent être détenus dans un compte en devises.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff