Publié dans Politique

Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité

Publié le vendredi, 20 novembre 2020

Alarmante. A la date du 17 novembre 2020, 1594 sociétés exportatrices et 1660 sociétés importatrices sont en situation irrégulière par rapport au rapatriement de devises, selon le ministère de l'Economie et des Finances. Dans le contexte économique où l'euro vaut 4545 ariary et le dollar à 3844 ariary, le Gouvernement tente de stabiliser la monnaie nationale. Dorénavant, le compte de ces opérateurs dans le Système intégré de gestion des opérations de change (SIG-OC) est bloqué jusqu'à nouvel ordre.

« Ces opérateurs se sont déjà engagés à rapatrier la totalité de leurs devises. Mais ils spéculent sur l'ariary. Au lieu d'injecter directement l'argent sur le Marché interbancaire de devises (MID), ils attendent une dépréciation de la monnaie nationale avant de l'échanger. Et ce, pour tirer des bénéfices. Ce qu'ils ignorent c'est que ce comportement impacte le taux de change. 

C'est pour cette raison que le ministère de tutelle suspend temporairement l'accès des opérateurs irréguliers à leur compte SIG-OC. Lorsque ce dernier est bloqué, les exportatateurs et importateurs ne peuvent plus effectuer des échanges commerciaux au reste du monde», explique Ihaja Ranjalahy, directeur général (Dg) du Trésor, hier à l'Assemblée nationale Tsimbazaza. 

D'après toujours le Dg, une opération de sensibilisation a été menée depuis le début du mois de novembre. 51 sociétés ont fait preuve d'initiative pour régulariser leur situation et 791 domiciliations d'exportation sont apurées depuis. 

« Nous avons rappelé à l'ordre les opérateurs. Cette action nous a déjà permis d'injecter 11 millions de dollars sur le MID. Nous allons poursuivre cet effort dans le but de revaloriser l'ariary », poursuit-t-il. 

A rappeler que durant l'état d'urgence sanitaire, le Gouvernement a levé les sanctions liées au retard et non-rapatriement de devises au profit des sociétés exportatrices ayant atteint un taux de rapatriement de 80%. Une mesure qui a quand même entraîné un manque à gagner de près de 9 millions de dollars, selon un responsable auprès du Trésor. Par ailleurs, aucune suspension d'accès au logiciel des opérations de change n'a eu lieu pendant cette période. Vu le retour à la normale des actvités, les opérateurs disposent jusqu'à fin novembre pour se conformer à la loi en vigueur. Le code des changes indique que les opérateurs disposent 90 jours pour rapatrier 90% de leur recette. Les 10% peuvent être détenus dans un compte en devises.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff