Publié dans Politique

Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité

Publié le vendredi, 20 novembre 2020

Alarmante. A la date du 17 novembre 2020, 1594 sociétés exportatrices et 1660 sociétés importatrices sont en situation irrégulière par rapport au rapatriement de devises, selon le ministère de l'Economie et des Finances. Dans le contexte économique où l'euro vaut 4545 ariary et le dollar à 3844 ariary, le Gouvernement tente de stabiliser la monnaie nationale. Dorénavant, le compte de ces opérateurs dans le Système intégré de gestion des opérations de change (SIG-OC) est bloqué jusqu'à nouvel ordre.

« Ces opérateurs se sont déjà engagés à rapatrier la totalité de leurs devises. Mais ils spéculent sur l'ariary. Au lieu d'injecter directement l'argent sur le Marché interbancaire de devises (MID), ils attendent une dépréciation de la monnaie nationale avant de l'échanger. Et ce, pour tirer des bénéfices. Ce qu'ils ignorent c'est que ce comportement impacte le taux de change. 

C'est pour cette raison que le ministère de tutelle suspend temporairement l'accès des opérateurs irréguliers à leur compte SIG-OC. Lorsque ce dernier est bloqué, les exportatateurs et importateurs ne peuvent plus effectuer des échanges commerciaux au reste du monde», explique Ihaja Ranjalahy, directeur général (Dg) du Trésor, hier à l'Assemblée nationale Tsimbazaza. 

D'après toujours le Dg, une opération de sensibilisation a été menée depuis le début du mois de novembre. 51 sociétés ont fait preuve d'initiative pour régulariser leur situation et 791 domiciliations d'exportation sont apurées depuis. 

« Nous avons rappelé à l'ordre les opérateurs. Cette action nous a déjà permis d'injecter 11 millions de dollars sur le MID. Nous allons poursuivre cet effort dans le but de revaloriser l'ariary », poursuit-t-il. 

A rappeler que durant l'état d'urgence sanitaire, le Gouvernement a levé les sanctions liées au retard et non-rapatriement de devises au profit des sociétés exportatrices ayant atteint un taux de rapatriement de 80%. Une mesure qui a quand même entraîné un manque à gagner de près de 9 millions de dollars, selon un responsable auprès du Trésor. Par ailleurs, aucune suspension d'accès au logiciel des opérations de change n'a eu lieu pendant cette période. Vu le retour à la normale des actvités, les opérateurs disposent jusqu'à fin novembre pour se conformer à la loi en vigueur. Le code des changes indique que les opérateurs disposent 90 jours pour rapatrier 90% de leur recette. Les 10% peuvent être détenus dans un compte en devises.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff