Publié dans Politique

Office national pour l’environnement - Le nouveau directeur général nommé

Publié le mercredi, 25 novembre 2020


Réjouissance pour les 56 employés de l’Office national pour l’environnement (ONE). Le Conseil des ministres, d’hier, a en effet entériné la proposition du ministère de l’Environnement à la nomination de Rakotoson Rija Herisolo au poste de directeur général de cet organisme rattaché au ministère. Ceci, cinq mois après l’incendie qui a complètement ravagé son siège à Antaninarenina, dans la soirée du 17 juillet, suivi du limogeage de son patron Laurent Ampilahy.
Cet organisme joue un rôle de premier ordre dans l’octroi des permis environnementaux. Ceci est capital dans la fonction régalienne de l’Etat et la croissance économique du pays. L’appréhension des employés sur la non-nomination du Dg concerne la validation du budget de l’année à venir. Avec la désignation du nouveau Dg, espérons que ces doutes sont levés.

 La validation du budget depuis son adoption par les administrateurs et le contrôle effectué par le ministère des Finances s’étale en moyenne sur trois semaines : une semaine pour les membres du CA d’apporter des rectificatifs éventuels et environ deux semaines pour le contrôle financier. Un organisme qui n’a pas de budget de fonctionnement valide ne peut jamais remplir sa mission.
Dépenses nécessaires
Le siège de l’ONE est provisoirement transféré à Ambatobe à la suite de l’incendie dévastateur du 17 juillet. Avant la nomination du nouveau DG, l’organisme fonctionne avec un budget minimum. Son ordonnateur secondaire est habilité à décaisser des fonds seulement pour les dépenses nécessaires comme le salaire et les frais de mission.
Il n’a pas d’autorité quant aux autres dépenses comme l’achat des fournitures, le remboursement médical… Si, d’ici le 31 décembre, le CA de l’ONE n’aura pas approuvé un budget pour 2021, l’ordonnateur secondaire ne pourra pas non plus engager aucune procédure de décaissement dès le 1er janvier, advienne que pourra.
La Rédaction

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff