Publié dans Politique

Andry Rajoelina - Un Président respectueux de la démocratie

Publié le mercredi, 24 février 2021

L'Opposition accuse aujourd'hui le Président de la République Andry Rajoelina de ne pas respecter la démocratie. Une posture qui fait rire sous cape bon nombre d'observateurs eu égard d'une part au lourd passif et aux penchants dictatoriaux du leader de l'Opposition Marc Ravalomanana. Et d'autre part, Andry Rajoelina a fait montre d'un respect certain de la démocratie et de l'Etat de droit. A preuve par exemple, lorsque la communauté internationale a imposé le "Ni...ni" en 2013, Andry Rajoelina n'a pas fait de remous.

Il a accepté de se retirer pour l'intérêt supérieur de la Nation, promettant de prendre sa revanche en 2019. Lorsqu'en 2014, le Président Hery Rajaonarimampianina lui plante une épée en plein milieu du dos, le président de la Transition au lieu de verser dans la surenchère, il préfère se mettre en retrait. Au plus fort de sa popularité, il a respecté le choix de la majorité des Malagasy électeurs. Démocrate, il n'a pas incité ses partisans à descendre dans la rue malgré les dérives du pouvoir en place. De 2014 à 2018, les apparitions et déclarations publiques de Andry Rajoelina se comptent par ailleurs sur les doigts d'une main, laissant ses porte-parole parler si besoin. Durant les cinq années qu'il a passés en dehors du pouvoir, Andry Rajoelina a, dans l'ombre, patiemment attendu son heure et minutieusement préparé son retour au lieu de fomenter des troubles contre le régime en place. Depuis l'hexagone, il a fignolé son programme destiné à développer la Grande île. Les députés qui lui sont restés fidèles ont de leur côté eu la consigne de n'user que des prérogatives que la loi fondamentale et les lois en vigueur leur ont accordé pour lutter pour leurs droits justement. Le droit que le MAPAR avait notamment de nommer le Premier ministre étant donné qu'il était majoritaire à l'Assemblée nationale. En tout cas, malgré les divergences d'opinion, le Président Andry Rajoelina a laissé le régime HVM aller jusqu'à son terme. Contrairement à l'Opposition dont la seule ambition est aujourd'hui de tenter de déboulonner le pouvoir en place par tous les moyens possibles et imaginables. Sur les ondes de leur émission "Miara-Manonja", les ténors de l'Opposition ont à maintes reprises franchi les limites imposées par la loi, comme lorsqu'ils profèrent des propos incitant à la haine contre le régime ou à l'insurrection. Sur ce point d'ailleurs, malgré les dérives de l'Opposition, le chef de l'Etat Andry Rajoelina continue de jouer le jeu de la démocratie. Depuis son accession à la magistrature suprême du pays, une liberté d'expression et de protestation est perceptible dans le pays. 

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff