Publié dans Politique

Vaccins anti-Covid - Que cela soit facultatif et non obligatoire !

Publié le jeudi, 29 avril 2021

Alors que les premières doses de vaccin pour Madagascar sont attendues pour le début du mois de mai, c’est-à-dire dans quelques jours maintenant, selon le communiqué relatant les décisions prises durant le dernier Conseil des ministres, les réticences restent vivaces dans la Grande-île.

Pour des simples citoyens comme quelques membres du personnel de santé, il y a encore beaucoup d’informations qui ne sont pas claires pour le moment. En fait, une des premières raisons opposées à la vaccination est le souhait de vouloir attendre que l’on soit sûr de l’efficacité et de l’absence de risques liés à un vaccin qui serait très récent. Faut-il d’ailleurs souligner qu’actuellement, personne ne peut apporter des preuves scientifiques irréfutables qu’un tel vaccin ou un tel autre est efficace à 100% contre la Covid-19 et ses variants. D’ailleurs, la réalité est que les vaccins sont aujourd’hui encore en pleine phase expérimentale, soutient d’ailleurs à ce sujet un politicien de la place. D’autres mettent en avant notamment la situation dans plusieurs pays ayant lancé leur campagne de vaccination depuis longtemps pour appuyer leur opposition à la vaccination. Dans de nombreux pays, l’euphorie des premières semaines de vaccination a laissé place à l’inquiétude. 

Par exemple, en Inde, un pays qui a commencé tôt sa campagne de vaccination, le nombre de contamination reste malgré tout très élevé. La cause principale : le variant « indien ». Le pays enregistre même ces derniers temps des records de près de 350 000 personnes contaminées en une seule journée et plus de 2700 décès en 24 heures. Ce sont ces raisons qui avaient motivé la position de l’Etat malagasy de rester en phase d’observation et ne pas passer commande de vaccins pour lutter contre la Covid-19. C’est uniquement sur recommandation de l’Académie nationale de médecine de Madagascar, que l’Etat malagasy a décidé de faire appel aux vaccins pour renforcer la stratégie mise en place pour protéger la population et lutter contre la pandémie de la Covid-19. C’est toujours sur proposition de l’Anamem que l’Etat a choisi les vaccins Covidshield, Pfizer, Sinopharm et Johnson & Johnson. Ce sont les raisons expliquées plus haut également que l’Etat malagasy a décidé que la vaccination sera facultative, du moins pour l’instant. Une position saluée par un certain nombre de personnes. En revanche, ceux qui se portent volontaires pourront se faire vacciner. Une inscription, dont la date et le lieu seront communiqués, est nécessaire pour pouvoir en bénéficier. La priorité sera cependant donnée aux personnels de santé, aux Forces de l’ordre ainsi qu’aux personnes vulnérables comme les personnes âgées. 

La rédaction

Fil infos

  • Secteur aurifère - Une exportation ciblée peut soutenir la valeur de l’ariary
  • Tournée présidentielle dans le Sud - Andry Rajoelina sème l’espoir
  • Président Rajoelina à Fianarantsoa - « Le budget pour la Santé sera révisé à la hausse »
  • Devises - 400 millions $ « dorment » dans les comptes des résidents à Madagascar
  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Par monts et vallées !
    Infatigable, le Président Rajoelina sillonne et arpente monts et vallées et pour cause, la bataille sans merci contre la pandémie de la Covid-19 variant sud-africain. Le jeune commandant en chef de la guerre s’engage à tous les fronts.Selon le bilan officiel, en date du 4 mai, le pays enregistre 127 nouveaux cas, 492 guéris et 8 décès. En tenant compte du bilan du 3 mai, 238 nouveaux cas et 5 décès, force est de reconnaitre que la tendance générale accuse une baisse. Certes, le chiffre des patients victimes garde une certaine « stabilité » mais les efforts conjugués portent leurs fruits. Des résultats que l’on peut qualifier de relatifs toutefois, les espoirs sont permis. L’arrivée très prochainement (vendredi 7 mai) et le début de la campagne vaccinale en début de semaine prochaine (lundi 10 mai) laissent supposer que la lutte va enclencher la vitesse supérieure sinon ils permettent d’entrevoir une…

A bout portant

AutoDiff