Publié dans Politique

Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes

Publié le lundi, 03 mai 2021

La ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse, a appelé à une responsabilisation accrue des journalistes. La date du 3 mai 2021 à Madagascar a été célébrée dans le contexte de la deuxième vague de la pandémie de coronavirus. C'est aussi le premier 3 mai célébré sous l'autorité de la nouvelle loi 2020-006 relative à la communication médiatisée.

 

Celle-ci garantit la liberté de la presse à Madagascar. Pour la première fois dans les annales de la République, les délits de presse ne sont plus passibles de peine d'emprisonnement. Le journaliste fautif n'est même pas soumis à l'exigence de la garde à vue s'il lui est requis de se présenter devant les agents verbalisateurs. En cas de faute professionnelle, le directeur de publication, et à défaut le rédacteur en chef, reste le premier responsable d'une faute prévue par les dispositions de la nouvelle loi.

Angoisse

Tout journaliste à Madagascar jouira désormais d'un cadre juridique le protégeant contre toute velléité à l'incommoder dans l'exercice de son métier. Mais il ne faut pas abuser trop de ce privilège. Au contraire, le nouveau dispositif en appelle à une conscientisation accrue de tout professionnel de l'information. La liberté est aussi la liberté de se conformer aux droits et aux devoirs qui incombent à chacun des professionnels reconnus comme tels.

Il leur est exigé, dans la mesure du possible, de s'en tenir à tout moment à des informations complètes, véridiques, vérifiées et de nature à contribuer à la consolider la paix sociale. Notamment en ce temps de crise sanitaire où toute information compromettante risque d'en rajouter encore davantage plus à l'angoisse des malades et de leurs familles.

Certes, la ministre persiste et signe à dire que, dans le contexte actuel, les journalistes rendent des services essentiels au même titre que les membres du personnel de santé, des Forces de l'ordre et autres catégories les plus sollicitées pour lutter contre le virus et sa circulation. A cet effet, le pouvoir, selon les précisions de la ministre, ne cherche aucunement à museler la presse à Madagascar sans pour autant que le journalisme irresponsable soit admis.

Indépendance renforcée

La ministre de la Communication regrette toutefois que les agissements de certains confrères vont au-delà du tolérable, en profitant de la liberté de la presse en son état actuel. De par leurs actes irresponsables, ils contribuent au discrédit de leur métier. D'autres interviennent même comme s'ils étaient des mercenaires politiques. Néanmoins, le ministère de tutelle se dit ouvert aux discussions, le but étant de mettre en place un cadre favorable à la paix sociale.

Le ministère met en œuvre un certain nombre d'initiatives destinées à améliorer le milieu du journalisme à Madagascar. Beaucoup d'entre elles profitent directement aux journalistes eux-mêmes tandis que l'Ordre des journalistes jouira d'une indépendance renforcée afin de mieux promouvoir le métier.

M.R.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff