Publié dans Politique

Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire

Publié le jeudi, 17 juin 2021

Un rappel à l'ordre est nécessaire en cette veille de la fête de célébration du soixante-unième anniversaire du retour de l'indépendance. Visiblement, des acteurs locaux ont la velléité de passer outre les mesures sanitaires édictées par le sommet de l'Etat. A plus d'une semaine de la date du 26 juin, des affiches et annonces invitant les populations à des spectacles et des bals aux foyers sociaux circulent sur les réseaux sociaux.

 

Les organisateurs et les artistes s'entêtent à aller jusqu'au bout de leur projet. Ils arguent que si les routes sont rouvertes, c'est que les activités festives sont aussi permises. « Cela faisait longtemps que les gens ont été privés d'occasions de détente collective. Il leur sera légitime de s'éclater le 26 juin », larguent-ils. Des rassemblements à risques sont donc en perspective.

Le Président Andry Rajoelina a annoncé, lors de sa dernière intervention médiatique bihebdomadaire dans le cadre de l'urgence sanitaire, les nouvelles mesures en vigueur au pays. Les rassemblements sont permis à condition que le nombre de personnes présentes n'excède pas 200. Le chef de l'Etat a aussi dit que le défilé militaire pour marquer la fête nationale aura lieu seulement aux chefs-lieux des six Provinces.

Irresponsables

Les autres chefs-lieux de Région et chefs-lieux de District et encore moins ceux de toutes les Communes non concernées ne pourront pas organiser le défilé traditionnel. Le but est de faire baisser au maximum les attroupements à risques. Le virus circule encore et toujours. Dans la mesure du possible, tout un chacun se doit alors d'éviter l'exposition à une contamination éventuelle.

Pour revenir à l'intention des certains à la cupidité aveuglante, des responsables communaux sont de mèche avec eux. Ce sont eux qui valident les demandes d'utilisation des terrains ou autres espaces publics. Ces responsables se révèlent irresponsables. Sachant pertinemment que les spectacles et les soirées dansantes restent interdits, ils apposent encore leurs signatures sur les sollicitations reçues.

De par ce geste, ces gens à la conscience tétanisée exposent les habitants de leurs Communes à des risques potentiels. La ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, dans une entrevue privée, a souligné que les spectacles et les bals restent prohibés jusqu'à nouvel ordre.

Elle a aussi rappelé que les gouverneurs, en tant que premiers responsables de comité de lutte au niveau régional, ont reçu l'ordre formel de faire respecter les consignes sanitaires sur toute l'étendue des circonscriptions sous leur responsabilité respective. Ils sont appuyés par les représentants de l'Etat territorialement compétents, les préfets de police, les préfets et les chefs de District, dans cette mission.

M.R.

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff