Publié dans Politique

Affaire Eddy Bois de Rose - Les résultats du déferrement attendus !

Publié le lundi, 11 octobre 2021

Le Professeur Auberlin Rakototiana et le Docteur Jean Marie Rakotosamimanana, déférés dans le cadre de l’affaire de tentative d’évasion du détenu Eddy Maminiriana connu sous le nom d’Eddy Bois de Rose, hospitalisé dans le service Urologique au Centre Hospitalier Universitaire- Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA), sont toujours auditionnés.

Ayant commencé hier en fin de l’après-midi, le déferrement au Parquet de ces individus ainsi que dudit prisonnier sans oublier les quatre agents pénitentiaires n’a toujours pas donné de résultat et va encore se poursuivre ce jour. Relâchés, samedi dernier, les deux médecins ont été placés en garde vue à la Police de contrôle et de surveillance du territoire à Anosy au côté de ces autres individus. Ils sont suspectés d’être complices de la disparition d’Eddy bois de rose de sa chambre d’hôpital, lors d’une contrôle inopinée. Faut-il rappeler que le détenu y est hospitalisé depuis des mois sous surveillance pénitentiaire pour des troubles neurologiques. Pourtant, des informations indiquant qu’il circule librement dans la nature sont parvenues au tribunal qui l’a placé derrière les barreaux de la maison de force de Tsiafahy, dans le cadre de trafic de bois de rose. Et l’a condamné en décembre 2019, à cinq ans de prison ferme et d’une amende de deux milliards d’ariary. Lors d’une visite imprévue donc, les éléments envoyés par le tribunal n’a rencontré que les deux gardes dans sa chambre d’hôpital. Le détenu en question se trouvait dans le parking dudit établissement hospitalier. Selon le directeur général de l'administration pénitentiaire (DGAP), Ranaivo Andriamaroahina Tovonjanahary, même si Eddy Bois de rose a été retrouvé quelques instants après l’arrivée des contrôleurs, il a été amené par la Police avec ses gardes ainsi que les médecins concernés au poste de police. « Les rapports médicaux qui ont été envoyés par les médecins indiquent que le détenu est atteint d’un grave maladie. Il est plus précisément affecté par un problème pulmonaire requérant l’utilisation en permanence d’oxygène. Quatre agents pénitentiaires font ainsi une rotation par jour afin d’assurer sa garde à l’hôpital tout au long du traitement. Certes, si un détenu est amené à être hospitalisé, le soin revient aux médecins tandis que ses gardes sont du ressort de l’administration pénitentiaire de Tsiafahy. Mais seules les enquêtes révèleront si le prisonnier a bien tenté de s’évader ou pas », a souligné le DGAP. Pour les médecins, leurs explications sont claires, leur rôle consiste à soigner les patients quels qu'ils soient. Par contre, les entrevues avec les gardes ont permis de savoir qu’ils sont habitués aux petites escapades de leur prisonnier. Ils ne se sont pas ainsi inquiétés de cette sortie sans accompagnateur. Affaire à suivre.

La Rédaction

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff