Publié dans Politique

Réseau de trafiquants démantelé aux Comores - Un projet d’exportation illicite de deux tonnes d’or déjoué

Publié le lundi, 17 janvier 2022

En conférence de presse, hier au siège de son département à Faravohitra, Herilaza Imbiki, garde des Sceaux et ministre de la Justice, livre quelques pistes sur l’affaire pour laquelle il a mené une délégation aux Comores la semaine dernière. Une mission à l’issue de laquelle notamment deux ressortissants de nationalité malgache, arrêtés par les autorités de l’île sœur dans le cadre de l’affaire des 49,5 kilos d’or, ont été extradés ou rapatriés dans la Grande île. 

« Selon des bruits qui courent, ces individus n’en seraient pas à leur premier coup d’essai », affirme Imbiki Herilaza. D’ailleurs, selon toujours les renseignements, ils auraient projeté d’exporter illicitement encore deux tonnes d’or, annonce le garde des Sceaux qui précise néanmoins que « l’information reste encore à vérifier ». Rappelons à ce sujet que le Parquet comorien a déjà évoqué l'existence d’une dizaine d’opérations illicites réalisées par le même réseau entre septembre et décembre 2021. 

Le ministre confirme en outre que les deux individus sont soupçonnés dans le cadre de deux affaires. La première concerne l’affaire en Afrique du Sud, suite à la saisie de 73,5 kilos d’or. L’autre fait suite à l’instruction ouverte par le Pôle anticorruption concernant l’affaire des 49 kilos d’or (aux Comores). A ce sujet, le ministre indique que mise à part l’or saisi, un kilo d’héroïne a également été intercepté par les autorités comoriennes sur les trois individus interpellés à l’aéroport international de Moroni. 

Par ailleurs, le locataire de Faravohitra a laissé entendre à plusieurs reprises que ce genre d’affaire pourrait receler de nombreux enjeux possibles dont la criminalité transnationale organisée. 4 à 5 pays pourraient être concernés par cette affaire, indique-t-il. Outre Madagascar, les Comores et les Emirats (Dubaï), il indique que comme en Afrique du Sud, les documents utilisés aux Comores ont une provenance malienne. « Or, nous savons tous ce qui se passe au Mali et au Sahel », affirme Imbiki Herilaza, qui n’écarte pas la piste d’un financement du terrorisme international derrière ce trafic. 

La possibilité que cette affaire ait des enjeux sécuritaires est également évoquée par le ministre. Celui-ci évoque en effet l’éventualité que le réseau au cœur de ce trafic soit également mêlé à des affaires de prolifération d’armes ou d’explosifs. Un trafic dont les cerveaux sont identifiés, précise le ministre malgache. « Ils sont deux. L’un est Malgache, l’autre est Arabe. Ils ne sont ni à Madagascar ni aux Comores (…) Nous avons leur identité complète et même leur pays de résidence », annonce le ministre. Et lui d’indiquer par ailleurs que des démarches en vue d’une coopération a été envoyée au pays concerné par Madagascar et Comores. 

En ce qui concerne le rapatriement des 49,5 kilos d’or, une procédure est en cours pour que la cargaison soit rapatriée à Madagascar. Le ministre indique toutefois que pour l’heure, la provenance malgache de cet or reste au stade de suspicions jusqu’ici. Les enquêtes menées permettront de corroborer ou non les soupçons. Les outils informatiques et téléphoniques saisis sur les présumés trafiquants et qui sont actuellement entre les mains des services spécialisés pourraient livrer de nombreuses informations nécessaires, selon le garde des Sceaux.

Recueillis par Lalaina A.

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff