Publié dans Politique

Exploitation de mica dans le Sud - Onze mille enfants mineurs exposés au danger

Publié le dimanche, 12 juin 2022

 

Madagascar est classé parmi les 5 premiers pays producteurs mondiaux de mica. Pourtant, la moitié des mains - d'œuvre des petits exploitants de ce produit minier sont âgés de moins de 17 ans, selon le recensement mené dans les Régions du Sud en 2021. Ces enfants mineurs y travaillent dans des conditions désastreuses. Pour y remédier, une ONG internationale met en œuvre un projet de lutte contre cette pire forme de travail des enfants, notamment à travers la réinsertion scolaire et le soutien aux parents.

 

Traités comme des esclaves. Des milliers d'enfants travaillent sans protection et dans des conditions dangereuses auprès des mines d'exploitation de mica. La plupart d'entre-elles se trouvent dans les Régions du Sud de Madagascar, notamment à Anösy. Selon les estimations, près de 11 000 enfants travaillent dans le secteur du mica dans cette partie de l'île, à en croire Lalalison Razafintsalama, consultant auprès du projet « FAMAHA ». En fait, ces enfants mineurs sont réduits à travailler, plus de 10 heures par jour, au delà de leurs capacités physiques et n'ont presque rien à manger durant leur journée de travail. « Il s'agit d'une exploitation familiale, puisque le ménage travaille souvent ensemble. Les pères et les adolescents creusent des mines et extraits du mica, tandis que les mères et les enfants les portent, les classent et en ramassent des feuilles. D'un autre côté, l'exploitation du mica est majoritairement informelle, voire illicite », ajoute notre source.

 

Outre les maladies respiratoires à cause des poussières, certains enfants mineurs y perdent la vie suite à des effondrements de mine ou à cause d'intenses fatigues causées par le dur labeur et la famine. Selon le Réseau de la protection de l'enfance (RPE) de la Région d'Anosy, le travail des enfants dans les mines de mica est une forme d'esclavage moderne. Pourtant, le revenu des sites miniers peut varier de 1 000 ariary pour la collecte de mica de ferraille à 11 250 ariary pour l'exploitation minière par adulte par jour. Les enfants en gagnent beaucoup moins.

 

Un demi-millier réinséré en classe

 

160 millions d'enfants travaillent dans les mines illégales dans le monde. 11 000 d'entre- eux se trouvent dans le Sud de Madagascar, exerçant dans les mines de mica. Consciente de cette pire forme de travail des enfants, l'ONG internationale « Terre des Hommes Nederlands » (TdH NL) met en œuvre un projet de lutte, au profit des victimes et de leurs familles. Il s'agit du projet « FAMAHA », mis en œuvre dans 3 Fokontany de Betroka depuis 2021 jusqu'à l'année prochaine. « 500 enfants travailleurs dans les mines de mica ont pu être retirés et réinsérés à l'école. 6 enseignants, soit 2 par localité d'intervention, sont également salariés par le projet pour assurer l'éducation de ces enfants. A cela s'ajoute la dotation de livres pour les écoles ou encore la campagne sur l'obtention de copie d'acte de naissance pour les enfants », informe Tsinjo Rahaingoarivelo, directeur de programme auprès de TdH NL dans la Grande île. D'un autre côté, 200 familles bénéficient d'activités génératrices de revenus, axées notamment sur l'agriculture et l'élevage. Le but étant d'améliorer leurs revenus afin de maintenir en classe leurs enfants retirés des mines de mica. Aussi, le projet adopte l'approche par les pairs à travers la création d'un club d'enfants pour sensibiliser sur leurs droits.

 

Notons que des avancées sont enregistrées depuis l'année dernière, avec la mise en œuvre du plan d'action national du Gouvernement pour lutter contre le travail des enfants dans les mines, présenté en juillet dernier à Amboasary Sud. Outre l'augmentation du nombre d'enfants réinsérés à l'école, les autorités ont mis en place une zone d'encadrement pour la formalisation des exploitants de mica.

 

Patricia Ramavonirina

 

 

 

 

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff