Publié dans Politique

Tragédie d’Ikongo - Les procédures préalables à l’ouverture du feu respectées

Publié le jeudi, 15 septembre 2022



Le Général Serge Gellé, secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Défense nationale, en charge de la Gendarmerie, souligne que toutes les procédures préalables à une ouverture du feu sur les manifestants à Ikongo ont été suivies. La précision a été faite hier au cours d’une conférence de presse. Une rencontre avec les gens des médias au cours de laquelle la Gendarmerie a livré les résultats partiels de l’enquête sur la tragédie d’Ikongo.
Selon les explications du numéro Un au niveau de la Gendarmerie nationale, les responsables sur place ont tout fait pour éviter l’ouverture du feu. Il parle notamment de discussions ouvertes par l’adjoint du chef District ou le commandant de la Brigade, pour dissuader la foule de s’approcher de la caserne. Des discussions qui ont été vaines puisque la foule s’est rapprochée jusqu’à dépasser le cordon rouge situé à 35 mètres de la caserne.
Les gendarmes de la Brigade ont effectué les sommations préalables. Deux grenades lacrymogènes à la main et cinq autres via un lanceur, ont été projetées par les éléments de la Gendarmerie nationale pour tenter de disperser la foule. Le SEG parle également de tirs en l’air, qui se sont révélés insuffisants pour dérouter les gens. Des étapes qui auraient, selon le SEG, été dictées par le commandant de la compagnie. C’est une fois toutes ces étapes franchies que le Forces de l’ordre présentes sur place ont tiré dans le tas.
49 personnes auditionnées
Parmi les Forces de l’ordre, l’on dénombrait 7 éléments de la Gendarmerie, 5 policiers et 3 agents de l’administration pénitentiaire. Neuf personnes ont été tuées sur le coup, selon les précisions du SEG. Il rapporte par ailleurs que 49 personnes ont été auditionnées. Dans la liste figure notamment des gendarmes, des témoins, des blessés, le maire… A entendre le SEG, les Forces de l’ordre ont strictement appliqué la procédure légale applicable dans des situations similaires. La défense de la Brigade, des hommes et des armes à l’intérieur, explique notamment l’usage d’armes.
Durant le rapport effectué hier, le SEG rapporte également la découverte du corps de la femme et de la fille d’un des quatre suspects détenus à la caserne de la Brigade de la Gendarmerie d’Ikongo. Les deux femmes ont été tuées (…) au couteau, selon les affirmations du SEG. Leurs corps ont été retrouvés près d’un point d’eau situé aux alentours d’Ikongo.
La Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) de retour d’une mission sur place pour mener sa propre enquête indépendante concernant cette affaire qui a débuté par le rapt d’un enfant atteint d’albinisme, rapporte l’existence d’enlèvements et de meurtres sur des membres des familles desdits suspects. 21 personnes sont décédées selon le rapport de cette commission.
Pour ce qui est des 4 détenus cités plus haut, suspectés d’enlèvement et de kidnapping, ceux-ci ont réussi à fausser compagnie aux éléments des Forces de l’ordre qui les ont emmenés avec eux hors de la ville pour échapper à la foule. Ils sont toujours portés disparus comme des détenus qui se sont échappés.
La rédaction

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff