Publié dans Politique

Société civile - Transparency International – IM, caisse de résonance de l’Opposition

Publié le dimanche, 20 novembre 2022


Dans l’émission hebdomadaire Tsy ho tompon-trano mihono, la porte-parole du Gouvernement, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, pointe du doigt certaines prises de position récentes de certaines entités qui se disent être de la société civile. Des prises de position qui, selon la ministre de la Communication et de la Culture, « manquent clairement d’objectivité ». La porte-parole cite particulièrement Transparency International MG qui, par son attitude dernièrement, se fait l’instrument et le porte-parole de l’Opposition.
La ministre prend pour exemple notamment sur un récent communiqué de quelques organisations de la société civile dans lequel cette dernière « exige » le maintien en place des magistrats siégeant au sein du Pôle anti-corruption. Une prise de position incompréhensible car « absurde et illogique » en plus d’être « illégale », selon un juriste contacté. La société civile est censée proposer et non exiger, d’une part. Et d’autre part, maintenir des magistrats dont le mandat est arrivé à terme est illogique, car d’éventuels futurs jugements de ces magistrats au mandat arrivé à terme seraient nuls et de nuls effet.  En tant que force de proposition, la société civile aurait pu sensibiliser les autorités compétentes plusieurs mois en avant pour inciter ces dernières à entamer les procédures pour la nomination des nouveaux magistrats siégeant au sein du PAC. Pour rappel, le ministre de la Justice a mis fin officiellement au mandat des actuels magistrats au sein du PAC, dont la mission est d’ailleurs arrivée à terme, le 8 novembre dernier.
Transparency International – Initiative Madagascar a également enjoint dernièrement les députés et sénateurs d’adopter un texte pour protéger les lanceurs d’alerte. Ce faisant, l’Organisation non gouvernementale met la charrue avant les bœufs. La porte-parole du Gouvernement rappelle en effet que l’important serait d’abord de légiférer sur le statut des lanceurs d’alerte. Elle rappelle également que les lanceurs d’alerte au sens défini par ces entités de la société civile se rapportent à une catégorie de personnes déjà protégées par la législation en vigueur, citant notamment la loi 2016-020 du 22 août 2016, relative à la lutte contre la corruption, qui offre une protection aux dénonciateurs et aux témoins des actes de corruption. Et de se demander ainsi quel intérêt de légiférer une seconde fois pour un même individu déjà protégé par les textes en vigueur. Outre ces deux cas, le groupement des exportateurs de litchis avait déjà pointé du doigt la semaine passée cette tendance du TI-IM à se faire l’instrument de l’Opposition.
La rédaction

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff