Publié dans Politique

Akademia Malagasy - Deux nouveaux membres titulaires

Publié le lundi, 21 novembre 2022

L’Akademia Malagasy compte désormais deux membres titulaires de plus à savoir Pr Jonah Ratsimbazafy, un éminent primatologue, et Pr Vaovolo Dimby, enseignant-chercheur à l’université de Toliara et non moins ancien maire de la Cité du soleil. Le président de cette auguste institution, le Pr François Rajaoson, a fait savoir la nouvelle dans des lettres officielles adressées aux concernés le 16 novembre.

« Il m’est un honneur et une joie de vous informer que, suivant la proposition du bureau de la Section des sciences appliquées durant la réunion des membres titulaires du 8 novembre 2022, votre promotion à la dignité en tant que membre titulaire de l’Akademia Malagasy a été acceptée », a écrit le professeur émérite au Pr Ratsimbazafy.

« Je vous félicite pour votre promotion qui signifie la reconnaissance de l’Akademia Malagasy de vos travaux scientifiques ayant permis de faire connaître Madagascar et la nation malagasy », a-t-il poursuivi. Les promus sont alors demandés d’adresser en retour une lettre confirmant leur motivation à collaborer avec le curriculum vitae et la liste des publications avant le 22 novembre.

La présentation des nouveaux membres titulaires aura lieu au cours d’une cérémonie solennelle au siège de l’Académie à Tsimbazaza prévue le 29 novembre à partir de 9 heures du matin. Les promus sont priés de se parer d’une étole digne de leur rang à cette occasion.

Selon une source auprès de l’Académie, celle-ci choisit de son plein gré qui elle veut intégrer en tant que membre. En effet, elle a aussi officialisé la promotion de neuf nouveaux membres associés et 20 autres nouveaux membres correspondants. D’autres intéressés peuvent adresser une demande au secrétariat.

Contacté par téléphone, Pr Ratsimbazafy a précisé qu’il était devenu membre correspondant de l’Akademia Malagasy en 2016 et membre associé en 2021. A souligner que l’intéressé, avec l’éminent physicien Raoelina Andriambololona, est aussi membre de l’Académie africaine des sciences (AAS) et de l’Académie mondiale des sciences ou The World Academy of Sciences (TWAS).

Les mérites du président du Groupe d’étude et de recherche sur les primates de Madagascar (GERP) ne sont plus à décrire. Il occupe en même temps la fonction de président en exercice de l’International Primatology a Society (IPS) en étant le premier ressortissant africain à s’en occuper. Il compte à son actif plus de 200 travaux scientifiques, ce qui est une performance exceptionnelle.

Du point de vue de la sociologie des intellectuels, les académiciens, les scientifiques, les enseignants, les chercheurs forment en soi la haute intelligentsia. Il leur est requis de produire des savoirs nouveaux. Par définition, l’Académie est un haut lieu de production des savoirs sur l’histoire, les langues, l’art, la politique, les techniques, les religions, la médecine, l’environnement, la sociologie… concernant une nation.

 

M.R.

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff