Publié dans Politique

Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !

Publié le lundi, 05 décembre 2022

Pour une grande première dans l'histoire des jeux de la Commission de la jeunesse et des sports de l'Océan indien (CJSOI), Madagascar brille par son absence. Organisés tous les deux ans par la CJSOI, les jeux éponymes concernent le sud-ouest de l'Océan Indien, c'est-à-dire Djibouti, les Comores, Madagascar, Maurice, Mayotte, les Seychelles et La Réunion. À la différence des Jeux des îles de l'océan Indien, qui concernent les sportifs confirmés, ils ne s'adressent qu'aux jeunes de la région. Les jeux de la CJSOI se déroulent cette année à l'île Maurice. La cérémonie d'ouverture a eu lieu dimanche. Par ailleurs, les compétitions ont commencé hier. Une fête à laquelle Madagascar ne prendra pas part.

Les organisateurs ont annoncé le forfait de la Grande île. Aucune explication n’a cependant été fournie par les autorités malgaches contactées. Des sources officieuses rapportent des agitations de dernière heure de responsables malgaches. Ces derniers se seraient hâtés pour envoyer nos athlètes à l'île sœur avant le début de la grand-messe, mais c'était trop tard. Madagascar ne figurait plus dans les plans des responsables mauriciens. En effet, les délais d'engagement seraient largement dépassés. 

Ce forfait est incompréhensible. Le Conseil des ministres de juillet dernier avait approuvé une communication verbale au titre du ministère des Sports relative à la participation de Madagascar à ces Jeux de la CJSOI.  Le même Conseil des ministres avait approuvé la tenue et la prise en charge des dépenses liées à l'organisation de la sixième édition des Championnats nationaux de l'Association sportive interministérielle pour l'entretien des fonctionnaires et des agents de l'État à Toliara du 20 août au 4 septembre derniers. Une manifestation qui s'est déroulée sans encombre. Pourquoi l'organisation du départ des athlètes malgaches pour les jeux des CJSOI n'a pas suivi le même chemin ?

Une honte

Avec ce forfait, Madagascar se drape de ridicule car étant la seule à ne pas participer à ces jeux. Beaucoup ont également une pensée pour les athlètes malgaches dont certains se seront préparés pendant plus d'un an. Des sanctions sont ainsi attendues à l’encontre des responsables de cette situation déplorable. 

Madagascar va devoir désormais porter le poids du regard de ses voisins. La Grande île n’est pas capable d'organiser le départ de ses sportifs à Maurice. Elle qui doit pourtant organiser et accueillir les Jeux des Îles de l'océan Indien l'hiver prochain. Des Jeux qui ne démarrent d’ailleurs pas du bon pied. Rien en effet ne semble encore avoir commencé jusqu'ici en vue d'accueillir ces Jeux, les troisièmes organisés par Madagascar après ceux de 1990 et de 2007. 

Madagascar pourra compter sur des projets présidentiels a défaut de ceux du ministère des Sports. Les appartements construits à Ivato devraient être prêts et pourront servir de Village des jeux. Le stade de Mahamasina doté d'une piste en tartan sera également apte à accueillir les compétitions d'athlétisme. Mais quid des autres sports? Les infrastructures pour la natation ou pour le football, qui ne pourra se tenir à Mahamasina si ce stade est dédié à l’athlétisme, sont sujettes à questionnement.

Aucun début de rénovation des sites probables n'a pour l'heure été annoncée. Ne parlons même pas des nouvelles infrastructures. Après la finale de l’Afrobasket U18 en août dernier, le ministre des Sports avait annoncé la création d’un nouveau gymnase d’une capacité de 8.000 places avant les Jeux des îles. A sept mois de l’échéance, aucun coup de pelle n’a encore résonné. 

Quid aussi de la préparation des athlètes ? Le Conseil des ministres cité plus haut avait approuvé, le même jour, le programme de regroupement des athlètes malgaches pour l'année 2022 dans le cadre de la préparation de la 11e édition des Jeux Des Îles de l’Océan Indien, concernant 1175 athlètes. Une poignée de fédérations seulement a annoncé le début d'un regroupement à l'heure actuelle. Une situation qui n'augure rien de bon pour le sport malgache. Notons que Madagascar va accueillir une réunion des membres du Conseil Iinternational des jeux, la semaine prochaine, à propos des Jeux des îles...

 

La Rédaction

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff