Publié dans Politique

Kidnapping à Morarano Chrome - Les trois otages relâchés 

Publié le mercredi, 15 mars 2023

Après 20 jours de captivité et de suspense total, car sous le joug et à la merci de leurs ravisseurs, les trois otages d’Ambohitrarivo à Morarano Chrome, dans le District d’Amparafaravola, ont été finalement relâchés aux premières heures de la matinée hier. C’était dans la localité de Marotsipohy, à Anjozorobe, qu’on les a retrouvés. Alors qu’on craignait le pire, les otages sont donc finalement sains et saufs. 

Il s’agit de Raolison Tantely (24 ans), d’Elliot R.(22 ans) et de John R.(15 ans). Les victimes, dont cette très jeune mère, sont issues d’une même fratrie, au sein d’une famille de collecteurs, filière riz de Morarano Chrome. Cette famille ne s’était pas montrée enthousiaste, mais plutôt moins coopérative avec les bandits. Bien que rien n’ait encore officiellement filtré des circonstances de la mise en liberté des otages, une information largement répandue sur les réseaux sociaux a toutefois avancé que les proches des victimes auraient payé une rançon de 70 millions d’ariary.

Une information que le Général de brigade Heritiana Rakotoarimanana, premier responsable de l’opération « Harato », a démentie formellement lors d’une conférence de presse, hier. Et la seule que le commandement des Forces conjointes de l’EMMONAT de l’Alaotra-Mangoro a organisée depuis l’éclatement de cette affaire. Au cours de cette conférence de presse, ces responsables militaires de la région ont profité pour dresser un bilan des actions des Forces de sécurité et de défense, dans le cadre de cette même opération dite « Harato », et ce, visant la traque des kidnappeurs et leurs complices : 15 suspects éliminés, 5 autres arrêtés et devant être bientôt traduits devant la justice, enfin 3 restant recherchés activement. Non seulement, ils sont trempés dans des affaires de grand banditisme, de vol de bovidés, mais ils sont craints pour leurs habitudes de semer la terreur parmi la population locale, en particulier dans le domaine du kidnapping. 

Le Général intervenant a également apporté quelques précisions à propos de l’un de ces derniers, le surnommé Jady. « Le concerné a été déjà arrêté, certes. Mais il a réussi à prendre encore la fuite. Mais il n’ira pas loin. Nous saurons où le retrouver », déclare en substance le Général de brigade Heritiana Rakotoarimanana. A part cela, tous les hameaux ayant servi de base de repli pour ces ravisseurs ont été démantelés par les Forces de défense et de sécurité de ladite opération. Pour revenir toutefois sur les circonstances de la mise en liberté des trois victimes, elles ont été retrouvées dans une zone montagneuse de Maizinandro, Commune rurale de Bevakona, District d’Anjozorobe. La région est tellement vaste et se trouve à cheval entre les frontières séparant le Nord de l’Analamanga, de l’Est de l’Alaotra-Mangoro et de Tsaratanàna plus au Nord. Elle n’est accessible qu’en moto, selon une source. 

Rappelons que les bandits, pour s’emparer des otages, ont fait usage de la force en faisant irruption dans la maison de la famille victime en pleine nuit, un vendredi soir, le 24 février dernier. 

 

Franck R.

Fil infos

  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Des opportunités multiples pour la Grande île 
  • Retour sur la scène politique - Des politiciens ratent le coche 
  • ACTU-BREVES
  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Sur tous les fronts !
    Rajoelina Andry Nirina, Président de la République de Madagasikara, fonce sur tous les fronts. Accompagné de son épouse, fidèle à ses côtés, il arpente et dévale monts et vallées. C’est dur d’être numéro Un d’un pays qui se débat contre les emprises de la pauvreté. Le couple présidentiel assume. Hier en Corée du Sud ! Avant-hier à l’Union africaine. Aujourd’hui à Genève. Demain et le lendemain, ailleurs ! Le feu professeur Zafy Albert bâtit sa notoriété en faisant le tour de Madagasikara, à travers ce qu’on appelait le « Mada – raid ». Des descentes de proximité, que le professeur-président effectuait, visaient à rencontrer les concitoyens là où ils se trouvent. Des contacts directs que les gens appréciaient beaucoup. Le feu colonel Ratsimandrava Richard, le père du Fokonolona, parcourait le pays, par le moyen du « Ala-olana », afin d’apporter des solutions aux problèmes quotidiens de la population à la…

A bout portant

AutoDiff