Publié dans Politique

Route nationale 2 - Déjà des signes de dégradation

Publié le mardi, 06 février 2024

La Route nationale 2 (RN2) refait parler d'elle. Mais malheureusement, pas toujours pour les bonnes raisons. Les espoirs suscités par les réfections de la fin de l'année dernière semblent aujourd'hui en effet être éclipsés. La réalité est marquée par la détérioration express de certaines parties de cette artère vitale du pays. Les récentes pluies ont, en effet, mis en évidence les lacunes des rénovations effectuées sur cette route. Des portions, supposément réhabilitées, montrent des signes évidents d'usure.

Cette situation laisse les usagers perplexes quant à la qualité des travaux entrepris par les entreprises responsables. Il est décevant de constater que, malgré les investissements dans la réfection de la RN2, celle-ci n'a pas longtemps résisté aux conditions météorologiques actuelles. Les usagers se plaignent par ailleurs des nids-de-poule apparus et des tronçons de chaussée dégradés, là où des travaux n’ont pas été entrepris. Les critiques portent principalement sur la partie entre Brickaville et Toamasina. 

Ce qui suscite davantage de frustration est le contraste frappant avec le tout nouveau pont de Mangoro, prêt à être inauguré cette semaine par le Président de la République. Alors que la RN2 montre des signes de faiblesse, le pont de Mangoro symbolise la modernité et la qualité de construction. Il est impératif de questionner les entreprises responsables des réfections de la RN2 sur la durabilité de leurs travaux. Les contribuables par l’intermédiaire du ministère des Travaux publics notamment, ont investi des fonds considérables dans ces projets. Il est inacceptable de constater une dégradation aussi rapide. Les usagers de la route appellent ainsi à une action immédiate pour remédier à la situation. Outre la RN2, l’état de certains tronçons de la Route nationale 6 (RN6) fait aussi jaser ses usagers. L’état de la route est inqualifiable. Le vol de buse ne fait que rajouter au problème. Une situation qui doit être prise à bras- le- corps tant qu’il est encore temps.

 

La rédaction

Fil infos

  • Castration des violeurs - L’Etat malagasy choisit le camp des enfants
  • Déplacement présidentiel en Turquie - Nouvelle offensive économique et diplomatique en vue
  • Castration des violeurs d’enfants - Ingérence de l’Union européenne
  • Arena Rajoelina - Critiques infondées sur ses activités
  • Actu-brèves
  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • ODOF, oui mais … !
    La mise sur pied des unités de production dans le cadre du projet gouvernemental ODOF avance à grand pas. L’industrialisation, parmi les trois piliers, 3 Andry, sur lesquels s’appuie la Politique générale de l’Etat (PGE) reprend du souffle, du concret. Le projet One district, one factory, ODOF, est l’un des projets-phare du régime Orange. Un des projets qui marchent à une vitesse grand « V ». Tout porte à croire et au rythme actuel des actions, le projet ODOF couvrira le territoire national à la fin du second mandat de Rajoelina. Et la devise « aucun district n’est oublié » sera atteinte ! D’après certains observateurs de la vie nationale, la concrétisation dudit Projet entre dans la nécessité de la continuité du régime pour un second mandat. Elle justifie la réélection du Président sortant Rajoelina Andry en décembre 2023. Evidemment, il existe d’autres projets en marche qu’il faut, à tout…

A bout portant

AutoDiff