Publié dans Politique

Mairie d’Antananarivo - Des candidats se prononcent

Publié le mardi, 09 juillet 2024

Les candidats pour les élections communales commencent à bouger. En effet, plusieurs personnalités ont annoncé à  travers leurs comptes sur les réseaux sociaux ou via média interposé leur intention de participer à la conquête de la Mairie d’Antananarivo. La dernière en date est celle de l’ex-journaliste d’une chaîne privé de la Capitale, Rinah Rakotomanga. Celle-ci a déclaré que son projet pour la ville est mûrement réfléchi depuis près de 14 ans. D’autres aussi se sont manifestés, notamment, Ndriana Razanamasy fils aîné de Guy Willy Razanamasy, ancien Premier ministre et Maire de la Commune urbaine d’Antananarivo.

On peut aussi relever du côté de la plateforme Firaisankina la probable participation de Rivo Rakotovao. A l'approche de ce scrutin de proximité, il est indéniable que les partis regroupés au sein de l'IRMAR ou du parti TIM vont bientôt se faire entendre et suivre le mouvement. Pour sa part, l’actuel président de la délégation spéciale de la CUA, Richard Ramanambintana, a déclaré dans les médias que celui-ci se représentera si ses résultats à la tête de la Commune sont « probants ». En effet, avec les modifications sur les dispositions légales relatives aux délégations spéciales, le PDS peut se porter candidat aux communales.

Validation, en attente d’un décret d’application 

A part la date prévue du 6 novembre, jusqu'ici aucune date officielle n’a été prononcée par la Commission nationale électorale indépendante (CENI). En effet, il reste encore une étape cruciale, avant d’enclencher le compte à rebours des élections communales, en l’occurrence la publication d’un décret d’application par le Gouvernement, qui devrait être promulgué au plus tard le 6 août. En plus, le dépôt de candidature, du 8 jusqu’au 22 juillet, n’a pas été entériné par le Gouvernement. Du côté de la CENI, elle a évoqué la question de la confection des bulletins uniques. A ce sujet, le soutien financier des partenaires à l’organisation des élections, est attendu, étant donné que le Basket Fund a déjà été épuisé lors de la présidentielle et des législatives. Des zones d’ombre budgétaires persistent même s’il a été annoncé dans la Loi de finances initiale (LFI 2024) que 50 milliards d’ariary seront réservés aux élections communales.

 

Nikki Razaf

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Les lobbyings agitent en coulisses
  • Eradication de la poliomyélite - Fy, jeune influenceuse et défenseuse des jeunes pour la vaccination
  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Secteur combatif
    Le tourisme, le fer de lance pour la relance de l’économie nationale, se trouve en tête de la ligne du front dans la bataille sans merci contre la malédiction, si on peut s’exprimer ainsi, qui semble s’éterniser. En effet, il faut batailler dur si l’on veut briser à jamais le blocage en béton gênant la remontada. En diapason avec le ministère des Transports et de la Météorologie, le département du Tourisme et de l’Artisanat, en tête de peloton, sous l’impulsion de l’inamovible ministre Randriamandranto Joël conduit en tandem avec le ministre Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald, le combat. En fait, les ministères du Tourisme et des Transports sont deux départements appelés à unir leur force dans un cadre de stratégie commune afin de coordonner les actions.

A bout portant

AutoDiff